Emailing sur MD Expo : Rien n’a changé en 2 ans…

Hier, j’étais sur MD Expo, le salon du marketing direct.

Il y avait les même acteurs pour la plupart, avec parfois un nom qui change, une nouvelle version d’un logiciel, quelques nouvelles têtes, mais globalement c’est toujours la même jungle. Quelques surprises (bonnes et mauvaises) mais dont je ne peux pas parler ici…

Par contre l’évènement qui m’a vraiment déçu, c’est qu’en 2 ans, la situation n’a pas évolué d’un pouce sur un sujet pourtant critique : Les bases sur CD.
Dans le guide gratuit du salon, était inséré un CD de base de donnée très connu qui se targe de vous fournir X centaines de milliers d’emails, pour faire votre prospection emailing.

Je ne connais pas un (vrai) professionnel qui ne dise pas que ces CD sont une vraie plaie pour les campagnes d’emailing, et qu’ils sont une des premières causes de blacklistages des PME / PMI.
Les solutions sur serveur blanc (sérieuses) refusent qu’on utilise ces bases sur leurs outils (en tout cas c’est le cas pour Snipemail) et dans un salon professionnel dédié au marketing direct, on nous distribue ce genre de CD gratuitement. Ok c’est une version de démonstration / évaluation mais n’est ce pas donner le bâton pour se faire battre ?

Cela souligne à nouveau le probleme d’accessibilité à l’emailing d’acquisition pour les petits comptes. Il y a presque un an maintenant que j’avais déjà tiré la sonnette d’alarme sur la fracture numérique de l’emailing d’acquisition.

Si en 2008 je ne trouve pas de brokers sérieux qui acceptent de packager une solution pour mes petits comptes, je n’aurais sans doute pas d’autre solution en 2009 que de monter ma propre base d’email, à orientation clairement éthique.

Articles proches :

5 Commentaires

  1. Soumis le 2 avril 2008 à 23:50 | Permalien

    C’est exact les cd rom d’adresses BtoB et BtoC consituent des véritables dangers lors du routage et sont en fait des très bonnes listes repoussoir(!). Par contre le CA des entreprises qui commercialisent ces activités sont en très forte croissance depuis 3/4 ans.
    Au niveau du recueil de l’adresse email de ces CD rom, on est sans doute très loin des notions de recueil informé imposé par la CNIL/LCEN et le désabonnement à la source reste un mystère dans sa mise en pratique.

  2. Soumis le 3 avril 2008 à 0:03 | Permalien

    Que ces sociétés ont un CA qui explose est vraiment ce qui me dérange. Tout ceux qui s’y connaissent un peu en emailing savent que c’est à éviter mais comme le marché est « mûr » on va tirer le pigeon. 🙁
    Tous ceux qui veulent se lancer dans l’emailing butent sur les prix élevés des brokers, se rabatent alors sur des solutions palliatives et finissent blacklistés avec leurs seuls yeux pour pleurer.

    C’est vraiment le charlatant qui vend du cyanure pour un mal de crane…

    Tant qu’il n’existera pas une solution (vraiment) professionnelle abordable pour ceux qui veulent faire de l’acquisition en micro emailing, les CD auront de beaux jours devant eux.

  3. Soumis le 4 avril 2008 à 13:50 | Permalien

    Bonjour Charles,

    Tu n’a apparement pas vu ma conférence alors : je prend aujourd’hui clairement position sur les CD d’adresses email et l’échange de base de donnée aupres de l’ensemble des clients de Cabestan.

    Voici un copiez/coller de mon 15eme slide :
    – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
    Bonne pratique 1 / 5 : votre base de données

    Favorisez les modes de collectes qui performent le mieux,
    Evitez aussi celles qui peuvent vous nuire !

    N’importez pas de CD d’adresses emails
    Ne trahissez pas vos inscrits : n’échangez pas votre base de données !

    Ciblez vos campagnes de collectes
    Exigez des profils qualifiés, faites les vérifier par un tiers de confiance
    – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

    Je trouve aussi la qualité du salon en baisse …
    A bientot,
    Jérôme

  4. Soumis le 24 avril 2008 à 11:41 | Permalien

    Bonjour à tous, effectivement au salon MD expo rien a changé.
    Il est vrai que le prix est tout de même rebutoir pour les clients modestes ou les PME qui se lancent.
    Coté CNIL idem, des principes OK, mais personne pour vérifier et sanctionner les mauvais acteurs (et il y en a beaucoup) qui nuisent à notre activité. De toute manière, le seul moyen d’être sur au niveau des fichiers emails est de bien choisir ses partenaires brokers et loueurs de base.
    Lotfi REBIAI, responsable commercial emailing chez Mobeo-Gulliver.

  5. Damien
    Soumis le 3 septembre 2012 à 0:04 | Permalien

    C’est vrai qu’une recherche affinée d’email est très laborieuse, voire impossible pour les gros envois, alors que les prospectus fleurissent dans les boites au lettres. Après ça force un peu les entreprises comme la mienne à vraiment bien cibler les emailings et ne pas déranger les autres.

Soumettre un commentaire

Votre adresse email n'est jamais publiée ni partagée. Les champs requis sont marqués par *

*
*