Les spamtraps n’aiment pas la musique ou comment peut-on envoyer sur des spamtraps même en étant propre

Je vous partage ici un cas pratique d’il y a quelques semaines afin de vous sensibiliser à la manipulation des bases et ce que cela peut entraîner.

Un mail urgent arrive en boîte et dans l’objet le mot spamtrap. Glups !
Je lis le mail, un client a tapé massivement des spamtraps. Non, pas lui ! Ce n’est pas possible, il n’a pas pu céder au chant des sirènes, il était si propre…
Alerte rouge ! tout le monde sur le pond et ceci n’est pas un exercice !
Collecte des informations, que s’est il passé…
Sur une journée, et sur une petite vingtaine de campagnes, ça a touché du spamtrap. En dur, en frontal, KABOOM !

J’appelle le client, je lui demande ce qu’il a fait sur ses bases et ce qu’il a bien pu acheter comme merde pour que ça pète comme ça d’un coup !
“Non je t’assure, on a rien acheté, et on a rien fait de spécial.”
A moi, on ne me la fait pas. Je raccroche avec le marketing et j’appelle en direct le technicien qui gère les campagnes.
Il n’est pas là, il reviendra la semaine prochaine… Il est parti pour 15 jours en vacances…

Elle est là ma piste, le remplaçant aura fait du zèle ou pire, il aura cédé aux suppliques du marketing pour ajouter un nouveau fichier… Quand la situation est critique, on voit le mal partout.

J’obtiens le numéro du remplaçant et là je vais enfin obtenir les explications attendues.
Non non, il n’a pas importé de nouvelle bases. Il a supprimé par erreur un segment et les cibles qui vont avec. Comme il s’en est rendu compte immédiatement, il l’a tout de suite réimporté et il a pu envoyer ses campagnes.
Le marketing me rappelle pour bien me confirmer que non ils n’ont pas acheté ou loué de bases, et la responsable me réitère le fait qu’il y a 8 ans ils ont déjà donné et que plonger les 2 pieds dans la M… elle ne veut vivre ça qu’une seule fois.

Je commence à souffler, le problème, grave au demeurant, n’est pas dû à de mauvaises pratiques et donc mon client n’est pas passé du côté obscur de la force.

Oui on peut taper du spamtrap même en étant propre

C’est en faisant le coup de l’accordéon, mouvement bien connu de certains mauvais prestataires qui pour recycler des bases érodées suppriment et réimportent leurs bases pour en effacer l’historique et donc les désinscriptions. Parfois ils gardent le même nom, souvent ils changent simplement le nom du programme dans lequel vous vous êtes parait-il inscrit.

Ici c’est aussi un air d’accordéon qui s’est joué car l’effacement des cibles par erreur et leur réintégration à aussi effacé le statut de désabonnement, mais aussi et surtout le statut NPAI. Or dans les bases historiques (je veux parler des bases assez vieilles que le client traine depuis des années) certaines adresses sont en NPAI hard depuis des lustres, mais sont quand même conservées en base plutôt que d’être supprimées périodiquement.
“Non ne supprimez pas les NAI hard, gardez les dans l’outil pour archive” C’est aujourd’hui que je me rends compte à quel point ce conseil paie en fait 🙂
Ainsi une adresse en NPAI hard depuis longtemps qui est recyclée en spamtrap par un FAI ou webmail ne vous impactera pas vu que ces adresses sont déjà bloquées sur votre compte ! Par contre si vous changez d’outil ou supprimez vos cibles, ces adresses n’auront pas de statut NPAI, taperont les spamtraps recyclés et comme ceux ci ne renvoient pas de statut NPAI, vous continuerez à taper indéfiniment dessus sans le savoir !!!

Donc en résumé :

  • On ne supprime jamais ses cibles, surtout si elles sont avec un statut liste rouge ou NPAI
  • Si on change d’outil, on importe également ses fichiers de NPAI afin de pouvoir les réimporter dans le nouvel outil en liste rouge (ou alors on demande à son prestataire qu’il vous les replace elles aussi avec leurs statut NPAI à l’import)
  • Même si on aime la musique, on ne joue pas d’accordéon avec ses bases 😉
  • Si on fait une boulette on appelle le support et on demande à ce qu’ils restaurent les segments et cibles effacées. Cela nous aurait pris 5 minutes et évité des problèmes de délivrabilité pour le client.

Articles proches :

Un Commentaire

  1. Soumis le 23 avril 2014 à 11:11 | Permalien

    Amen ! Un jour, les suppression lists deviendront plus précieuses que les emails valides 😀

    Dans l’autre sens, il serait temps que les routeurs mettent en place des listes séparées pour filtrer le traffic sortant EN PLUS du drapeau déposé dans la liste principale.

    À très bientôt,

    Jonathan

Soumettre un commentaire

Votre adresse email n'est jamais publiée ni partagée. Les champs requis sont marqués par *

*
*