Stratégie Emailing : Cohérence entre votre stratégie emailing et la stratégie de votre routeur

« On ne mélange pas les torchons et les serviettes » Tout comme on ne mélange pas 1ère, seconde et troisième classe. Pourtant aujourd’hui, les clients sont mélangés.
Quand vous envoyez votre newsletter d’entreprise, c’est depuis la même plate-forme que tous les autres clients de votre routeur.

Je ne doute pas que vous êtes un gentil petit marketeur, et que vos bases sont propres, saines, et qu’en plus vous avez une vraie stratégie emailing à déployer. Un vrai petit agneau !
Si ce n’est pas le cas, je vous suggère de lire les derniers articles parus, et ceux bientôt à paraître, vous comprendrez pourquoi vous allez vous prendre un mur en 2011.

Vous êtes donc un gentil petit agneau mais est ce le cas des autres animaux avec qui vous partagez votre prestataire ? Allez, un petit effort d’imagination… Vous les imaginez ces petits porcelets qui se trainent dans la fange de leurs campagnes à quelques millions de mails sur CD ?

Pourquoi avez-vous choisi votre prestataire ? Ou plus important, comment l’avez-vous choisi ?

Si c’est pour ses tarifs, mauvaise pioche. Un prestataire avec des tarifs imbattable aura certainement des clients qui sont venus pour faire du volume. Or le volume est incompatible avec une bonne réputation et une bonne délivrabilité. Les prestataires aux prix cassés sont à fuir, ils ont fait leur temps. L’évolution du secteur les a condamnés.

Attention, ce n’est plus à prendre à la légère ! Le blacklisting des noms de domaines peut s’hériter bien plus facilement que votre prestataire a déjà une réputation douteuse. Et si vous êtes blacklisté sur le nom de domaine, l’emailing pour vous c’est dead !!! Même en passant chez un prestataire de renom, il faudra auparavant procéder à un déblacklistage et cela coûte énormément cher, bien au delà des quelques centaines d’euros que vous avez économisé avec votre routeur bancal.

Si c’est pour sa taille, c’est à double tranchant. L’argument d’être une grosse société n’est pas toujours un avantage, cela dépend la stratégie de la société.
Certaines sont avec une stratégie pérenne, stable, et pour faire de la qualité. D’autres sont plutôt gérées par les actionnaires ou un fond de pension, au travers de la bourse. Je n’ai jamais vu un fond de pension donner comme consigne de travailler prudemment, au contraire, il faut plutôt faire du chiffre. Il n’y a qu’à être en contact avec n’importe quelle société cotée et vous verrez que leurs commerciaux sont des machines de guerre 😉

Si c’est pour la qualité de ses conseils, veuillez juste à ce qu’en plus d’avoir de bons conseils, ils routent depuis une bonne plate-forme. J’ai souvent croisé des agences de qualité mais qui avaient opté pour un mauvais prestataire :-/

La stratégie de votre routeur à donc un impact important puisqu’elle va conditionner :

  • Le type de clients avec lesquels vous partagez la réputation
  • Le type de stratégie que ceux-ci vont avoir (envoi de masse, ciblés, fréquence soutenue ou normale, etc.)
  • Le type de routage qu’on va leur permettre. A mon sens un routeur qui autorise des envois sur des bases sur CD est disqualifié d’office. Alors si le routeur propose lui-même de vous faire accéder à ces bases, c’est vraiment qu’il n’en a qu’après votre argent.

Dernier point important vis-à-vis de la stratégie de votre routeur, et c’est au niveau des contrats que cela se passe. Certains vous proposent des contrats avec un engagement ubuesque sur plusieurs années. En tant que professionnel de l’emailing, je ne sais pas à quoi ressemblera cet univers dans 18 mois alors en ce qui concerne un engagement sur 5 ans… C’est profondément débile. La seule utilité de la chose c’est de vous édulcorer le goût amer du contrat qu’on vous fait signer, en limitant son impact mensuel dans le temps. Un peu comme pour les prêts bancaires. Parce qu’il se passe quoi si votre stratégie ne colle plus avec celle de votre prestataire ? Vous restez en carafe pendant 5 ans sans rien faire ?

La stratégie de votre routeur est donc primordiale, surtout si vous êtes un agneau. Si vous êtes un cochon, là profitez simplement du temps qui vous reste, mais sachez déjà qu’il est compté. Vous en saurez bientôt plus dans notre prochain billet. 😉

Articles proches :

3 Commentaires

  1. Soumis le 19 septembre 2010 à 20:56 | Permalien

    Point de vue partagé, mais avec tout de même une interrogation pour sortir du troupeau… Comment connaître la stratégie d’une plateforme ?

  2. Soumis le 19 septembre 2010 à 22:41 | Permalien

    On ne peut effectivement pas connaître en clair la stratégie d’une entreprise, mais certains faisceaux d’indices permettent néanmoins de se faire quelques idées :
    – la politique de prix : Avoir une bonne réputation ne se fait pas en un jour. Si les prix sont cassés, c’est que la réputation n’est pas leur priorité
    – questions sur la provenance de vos bases : Si vous annoncez que vous avez plusieurs centaines de milliers d’emails en base et que la seule réaction est de vous proposer un meilleur prix de gros, vous pouvez tiquer. C’est encore pire si c’est le prestataire qui vous propose les centaines de milliers d’emails !
    – Les engagements longues durée : S’engager pour un bout de chemin avec le prestataire c’est normalement une bonne chose, mais quand l’engagement se fait par contrat sur des durées abusées (3-5 ans) y’a un loup. C’est juste une manière de garder captif un ensemble de clients, et perso j’aime pas être gardé en otage. Autant c’est sain d’avoir un engagement d’un an, histoire que les clients ne viennent pas juste pour nettoyer leurs bases, autant être lié sur une éternité… bof bof.
    – Les engagements inexistants : Pas de durée d’engagement. Cea peut paraître un rêve pour le client, mais perso c’est un truc que je fuirai comme la peste. Pas d’engagement égale malheureusement plein de clients qui vont venir faire les envois pourris one shot. Donc question réputation et délivrabilité c’est pas vraiment un bon mélange.

    Cela fait déjà quelques pistes 😉

  3. Soumis le 20 septembre 2010 à 16:02 | Permalien

    Salut,

    Oui, je crois voir de qui tu parles en ce qui concerne les machines de guerre qui essayent de t’en coller pour 5 ans. D’ailleurs, il est facile de repérer leur stand sur les salons : on dirait un essaim d’abeilles/de commerciaux.

    En revanche, malgré une expérience “terrain” en matière d’emailing, une veille du secteur et un appel d’offres exhaustif, je te prie de croire que le choix n’a pas été facile ! Chacun se prévaut de la meilleure délivrabilité, du meilleur service client, etc. etc. etc. Ces choses là ne peuvent que très difficilement se vérifier et on ne trouve strictement aucun avis satisfaisant sur ces sociétés en parcourant le web.

    J’ai fait un choix, en pensant qu’il était le meilleur, et je me suis lourdement planté. Et si c’était à refaire, je ne sais vraiment pas si qui je prendrais !

    Je pense que pour vraiment “savoir”, il faut avoir testé les différentes solutions et leurs supports respectifs… ou connaître quelqu’un de suffisamment “opérationnel” pour t’aider (exit la plupart des directeurs et responsables que l’on rencontre sur les conférences et qui sont trop loin de l’usage courant).

    @+

Soumettre un commentaire

Votre adresse email n'est jamais publiée ni partagée. Les champs requis sont marqués par *

*
*