Spamming : la nationalisation des campagnes augmente la difficulté de filtrage humain des spams

Si comme moi vous recevez beaucoup de spams et ne les filtrez pas (de trop), vous vous êtes surement aperçu ces derniers mois et semaines qu’un réseau de spammeur avait fait de grands progrès pour localiser ses campagnes, et ainsi faire ouvrir leurs mails.

Quand les campagnes n’étaient que des images pour du viagra ou d’autres pilules, le contenu était international et ne nécessitait pas la localisation de la campagne. Un image est identique en France, en Italie, au japon ou aux USA.

Malheureusement pour les spammeurs et les petits emaileurs sporadiques, ces campagnes images sont de plus en plus filtrées, et donc les taux de délivrance et de retour chutent. Pour éviter ces filtres, il faut ainsi recourir au tout texte, ou au moins que le ratio texte / images soit en faveur du texte.
Ce n’est pas un problème pour la petite structure qui envoie ses emails à ses clients, mais pour le spammeur c’est autrement difficile. Le même texte n’a pas le même effet chez un internaute lambda s’il arrive à le lire ou pas. Comprenons bien que le mail pour avoir une chance d’être lu doit passer les filtres des FAI/webmails et les filtres locaux sur l’ordinateur du destinataire.

Ainsi un email qui franchit la ligne d’arrivée de ma boite postale en étant déposé en boite de réception principale ne sera pas lu s’il est rédigé en allemand, polonais, russe ou japonais. Ce filtrage humain, celui que vous faites instinctivement en voyant des emails qui ne vous sont manifestement pas destiné, vous protège du spam quand toutes les autres protections automatiques ont failli.

Quand les spammeurs font des efforts de localisation, ils segmentent leurs bases en fonction des IP des sites destinataires et en déduisent une langue probable du destinataire. Mon spammeur ne connait sans doute pas le français alors il a fait quelques traductions en ligne qui m’ont donné un résultat en “petit chinois” du genre “anglais de cuisine = english of kitchen”

Voyant qu’ils avaient sans doute plus de résultats en lecture, ils ont continué leurs efforts et maintenant leurs textes et surtout leurs objets sont quasiment totalement francisés. Tellement que j’ai souvent des mails ouverts par erreur pour leurs logiciels vendus à prix sacrifiés. Je ne suis pas le seul à ouvrir leurs mails car ces dernières semaines j’ai vu fleurir sur pas mal de forums et communautés des messages de personnes s’interrogeant sur les fameux sites de logiciels à prix cassés. Preuve que les messages passent, sont ouverts et surtout lus.

Quelles leçons pouvons-nous tirer de ces spammeurs ?
– Que comme nous l’avons toujours crié haut et fort, seul l’objet fait qu’on ouvre un message. Il faut donc que celui ci soit le plus explicite possible.
Qu’en travaillant dans le sens des filtres anti spam, il est possible d’arriver à faire délivrer un message même s’il parle de logiciels à prix cassés. (*)

(*) Un petit bémol tout de même. Il est évident que ces spammeurs n’envoient pas depuis un serveur blanc. La raison pour laquelle leurs messages aboutissent, c’est parce que ces emails sont envoyés par très petit nombre depuis la même adresse email, ce qui est impensable pour une campagne normale.

Articles proches :

One Rétrolien

  1. […] même titre que le marché français du spamming. Je vous invite à aller lire l’article sur la nationalisation des campagnes de spamming pour comprendre les enjeux de ce qui se […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse email n'est jamais publiée ni partagée. Les champs requis sont marqués par *

*
*