SpamAssassin m’a tuer : Les règles qui conditionnent votre déliverabilité

Prospects et clients me demandent souvent ce qui conditionne la déliverabilité de leurs campagnes. Même si toute la partie technique est gérée par Snipemail, il reste une part de travail à réaliser par le client : La réalisation de la campagne avec l’objet et le contenu du message. C’est souvent là que le bât blesse.

La déliverabilité d’une campagne est globalement impactée par 3 éléments :

  • La technique : liée à l’IP, sa réputation, aux serveurs et à leur configuration (RDNS, SPF, DKIM, etc) C’est la partie que gère le prestataire emailing.
  • L’heuristique : lié à l’analyse des éléments constitutifs de l’email (header, contenu, html, email, TXT, images, etc) C’est la partie que gère le client avec ses campagnes. A lui de bien travailler pour passer entre les mailles des filtres anti-spam tels que SpamAssassin.
  • Le comportemental : lié aux comportements qu’ont les destinataires lorsqu’ils reçoivent l’email. C’est une partie récente de la déliverabilité mais qui prend de plus en plus de poids chez les FAI et Webmails. On peut assimiler cela à de l’heuristique humaine. C’est une partie gérée par les destinataires, mais influencée par la stratégie emailing du client. Selon qu’il arrose ou qu’il fasse du personnalisé à valeur ajoutée, le comportemental sera bien différent.

Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est la seconde partie : Les filtres heuristiques. Sans aller jusqu’à couper les cheveux en quatre dans le sens de la longueur, il y a quand même beaucoup de conseils qui semblent facultatifs voire pur pinaillage du point de vue des clients comme le coup des “!” dans l’objet, les différences entre le from et le reply-to, la propreté du code HTML, la présence de texte dans une image, la réelle existence de l’email émetteur, etc. Même en me basant sur une solide expérience, certains demandent à avoir des preuves tangibles de ces règles dont je leur parle souvent. Aujourd’hui, ce sera chose faite 🙂

Pour vous donner une idée de ce qui peut être analysé par un filtre anti-spam, je vous invite à aller voir les règles utilisées par SpamAssassin Même si ici les règles anglosaxones prédominent, c’est assez instructif et on se fait facilement une idée de ce que peuvent donner les même règles en version localisées 😉 Cela en fait des règles à analyser pour chaque email reçu. Pas étonnant que cela mette à genoux les serveurs les moins costauds.

Maintenant que vous connaissez vous aussi certaines des règles qui conditionnent les spampoints, vous comprendrez que rien n’est facultatif dans la création de votre campagne et que si vous enfreignez une règle qui vaut plusieurs points, vous avez vite fait d’être classé comme spam.

Articles proches :

7 Commentaires

  1. Soumis le 16 août 2009 à 23:02 | Permalien

    Super article.
    Il manque un “:” dans ton lien http://spamassassin.apache.org/tests_3_2_x.html

  2. Soumis le 17 août 2009 à 9:08 | Permalien

    Merci, le lien est à nouveau correct.

  3. Soumis le 30 décembre 2009 à 11:43 | Permalien

    Bonjour,

    Article très intéressant, tout comme ton blog d’ailleurs ! Je me documente depuis quelques temps sur les newsletters et toutes les techniques plus ou moins efficaces pour ne pas être considéré comme spam…
    Bref, pour revenir à l’aspect technique qui impacte la déliverabilité d’une campagne, j’ai 2 questions:
    – Lorsque tu parles de prestataire emailling, il s’agit de l’hébergeur ?
    – Je pense pouvoir dire que ma newsletter est considéré comme spam à cause de ces aspects techniques, mais comment en être sûr ? Comment savoir si on est blacklisté ?
    Merci, et bonne continuation

  4. Soumis le 30 décembre 2009 à 12:56 | Permalien

    Bonjour Shefla,
    Hébergeur si c’est toi qui envoie tes emails depuis ton serveur, prestataire si c’est routé par une société externe.

    Pour ne pas passer en spam, il faut :
    – avoir un prestataire professionnel, un vrai 🙂
    – bien travailler ses contenus (codage, mots, etc.)
    – bien travailler son comportemental

    L’aspect technique n’est plus le seul truc a prendre en compte, c’est un prérequis.

    Pour savoir si t’es blacklisté, il faut aller voir dans les differentes listes si t’es listé (Google est ton ami là dessus) ou alors demander un audit mais c’est payant :-/

  5. Soumis le 30 décembre 2009 à 13:14 | Permalien

    Merci pour ta réponse.
    Reste à déterminer ce qu’on appel un vrai hébergeur professionnel ?
    Pour ma part j’utilise Hosteur qui je pense n’est pas considéré comme tel, mais lorsque l’on a pas un gros budget à consacrer à l’hébergement, c’est difficile de trouver mieux…
    Bonne continuation

  6. Soumis le 24 janvier 2010 à 15:18 | Permalien

    Bonjour. Nous sommes 2 télésecrétaires et nous n’avons malheureusement pas de budget à consacrer à une agence d’emailing professionnelle comme snipemail. Nous avons une base de données d’email. Notre hébergeur est notre fournisseur d’accès orange.
    En langage simple, càd en langage pour des néophytes comment réaliser le document HTML avec une image incluse pour qu’il ne soit pas considéré comme du spam ?
    Ton blog est une mine d’or de renseignements utiles.
    Merci de votre réponse
    Maguy

  7. Soumis le 25 janvier 2010 à 9:10 | Permalien

    Bonjour Maguy,

    Je vous conseillerais plutôt de faire un email textuel, moins risqué pour le filtrage vu que vous allez cumuler plusieurs facteurs désavantageux. Les emails avec une simple grande image passent directement à la poubelle sans même que les destinataires fassent l’effort de télécharger l’image. Question filtrage, le ration texte/image et texte / html est en votre défaveur d’où risque de mise en spam. Ne tentez pas les images incluses à l’email, la plupart du temps c’est mise en spam direct. Votre base de donnée se doit d’être propre, sinon vous allez avoir votre FAI sur le dos (avec raison), donc pas de bases sur CD. Enfin faites des envois très limités en nombre pour ne pas vous faire remarquer par votre hébergeur.

Soumettre un commentaire

Votre adresse email n'est jamais publiée ni partagée. Les champs requis sont marqués par *

*
*