Emailing, l’heure du déclin ?

2010 sera l’année de changements profonds dans l’univers de l’emailing. Changements qui pourraient entrainer son déclin.
Depuis bientôt 4 ans je partage avec vous mes conseils, visions et coups de gueule sur ce blog, mais également dans de nombreuses communautés virtuelles et forums.
Je vous ai donné les clés pour éviter les prestataires peu recommandables, ainsi que certaines pratiques commerciales que j’estime déplacée. Le blog est également devenu une solution d’emailing grâce au partenariat que nous avons fait avec Mailperformance.
Tout cela a contribué au développement du micro-emailing avec une qualité professionnelle, et j’en suis fier 🙂
Pourquoi l’emailing pourrait-il décliner alors que c’est toujours le média le plus recommandé par les études marketing ?

La guerre contre le spam nuit aujourd’hui à l’emailing plus qu’elle ne l’a jamais fait.

Les filtres qui empêchent votre email d’arriver à destination sont de plus en plus nombreux et complexes.

  • La technique : configuration technique des DNS, du serveur, des headers, des reverses…
  • Le nettoyage des bases : Détection et élimination des spamtraps, filtrage des NPAI hard et soft…
  • L’email :
    • L’écriture HTML de l’email qui doit être compatible avec les différents outils de messagerie qui pour compliquer la tache ont chacun leurs spécificités dans l’interprétation des balises et la modification du code envoyé
    • Les images qui ne doivent pas contenir de texte, être trop grandes, trop lourdes, trop ceci ou trop cela…
    • Le contenu du mail qui ne doit pas contenir de spamwords généraux, spécifiques à une activité ou une saisonnalité
    • Certains secteurs sont complètements bouchés par les spammeurs donc pas facile de se faire correctement acheminer quand on est dans le domaine de la pharmacie ou de l’informatique
  • Le comportemental : Maintenant il faut même analyser comment les gens réagissent pour arriver à grappiller quelques points de délivrabilité en plus.
  • les blacklistes : La hantise des emaileurs, surtout depuis que les domaines sont listés et plus seulement les IP.

Bref l’emailing est devenu un vrai métier et plus un truc qu’on peut bricoler dans son coin. C’est ce qui va augurer de son déclin, au moins pour une partie de son univers. L’emailing amateur va mourir, ou sera réservé à des kamikazes 🙁

Je vous ai parlé du danger du blacklisitng des domaines depuis un bail maintenant et c’est officiel depuis la semaine dernière avec l’annonce de SPAMHAUS et de sa liste DBL (Domain Block List)
D’autres trucs aussi gros que cela seront annoncé cette année et auront encore plus d’impact pour les petits emaileurs.

C’est pas parce qu’il y a de nouveaux obstacle qu’il faut parler de déclin, si ? non, enfin cela dépend pour qui.

Qui va se prendre des claques en 2010 ?

Les mauvais emaileurs :

  • Ceux qui ont un comportement à la limite du spam, mais qui vous emmerdent réellement à force de pourrir votre boite.
  • Ceux qui confondent quantité et qualité, qui multiplient les échanges de bases sans prendre aucune précaution, qui copient des CD ou utilisent des aspirateurs
  • Ceux qui associent emailing au mot gratuit ou vraiment pas cher, et qui ne jurent que par les petits serveurs mutualisés

les mauvais prestataires :

  • Les prestataires, qui routent à tort et à travers sur des bases pourries surexploitées
  • Les prestataires qui pour faire plus d’argent vous proposent des options comme le “top of box” qui sont des dérives de spammeur
  • Les prestataires SRF (Sans Routeur Fixe) qui migrent d’un routeur à l’autre, chassés parce qu’ils ne sont pas recommandables
  • Les prestataires nomades qui changent de serveur ou de nom de domaine d’envoi dès qu’ils sont blacklistés

Les béotiens ou pigeons :

  • C’est ce qui me désole le plus mais les pigeons vont “prendre mauvais” en 2010. Auparavant ils se faisaient juste pigeonner et perdaient un peu d’argent. Avec le blaklisting des noms de domaine, le pigeon risque aussi de se faire blacklister en passant par un mauvais prestataire et là les dégats sont autrement plus importants, pouvant même mettre à mal le site web, et donc l’entreprise.
  • La règle en 2010 devrait être : “Si tu connais pas, n’y va pas ou alors prend un minimum de temps pour apprendre à faire la différence entre les qualités de prestation. Il en va de la vie de ton nom de domaine !”

Les prestataires au rendement :

  • Pour eux, la claque risque d’être “Kolossale” 🙂 Dur de faire du rendement quand on est obligé de faire de la qualité d’envoi, surtout quand on a pas l’habitude ou les bons réflexes. Pourtant quand on travaille proprement cela marche bien 🙂

Les petites structures qui se débrouillent elles même :

C’est ce qui me désole le plus, il ne sera bientôt plus possible de faire de l’emailing proprement dans son coin depuis son petit serveur. La migration sur un service de routage professionnel sera quasiment obligatoire dès que seront pris en compte la température de l’IP d’émission. A partir de là, le service professionnel sera un pré-requis pour envoyer.
On peut donc se demander pourquoi cette situation me désole. Cela va provoquer une ruée sur l’emailing pro, aiguiser les appétits de charlatans et de nombreuses petites sociétés vont en payer les pots cassés. C’est bien triste 🙁

Le déclin, c’est pas pour demain

Non l’emailing ne va pas décliner, bien au contraire ! Quand on voit ce qu’on peut faire avec une bonne segmentation, du comportemental et un peu d’écriture conditionnelle, ça va pas décliner 🙂
Par contre ce qui va disparaitre, c’est l’emailing amateur. L’emailing est un métier à part entière et cela va se confirmer en 2010. Avoir un prestataire ne suffira pas, il faudra avoir un BON prestataire, et en plus travailler proprement depuis sa plate-forme.

Articles proches :

9 Commentaires

  1. Soumis le 15 mars 2010 à 9:46 | Permalien

    Bon déjà, je crois que j’ai un bon prestataire, c’est déjà ça !

    En revanche, ce n’est pas que l’e-mailing qui devient un métier de pro, c’est un peu toute la création / gestion d’un site web qui le devient, avec pour chaque action, des spécificités de plus en plus complexes, qu’un seul homme aura du mal à maitriser.

    Au travers de l’e-mailing et de ce que tu dis dans ton billet, ce sera aussi une barrière supplémentaire pour les TPE, qui n’auront malheureusement pas toutes les moyens de s’offrir les services de professionnels. C’est certainement une évolution inéluctable, mais je ne suis pas sur que se soit si bien que ça …

  2. Soumis le 15 mars 2010 à 10:11 | Permalien

    Je suis assez d’accord avec cet article. Je pense d’ailleurs que l’on va rapidemment connaître une pénurie de professionnels dans le secteur, intégrateur html spécialisés, spécialistes de le délivrabilité, marketeers avec assez de connaissances techniques en matière d’e-mailing, etc …

  3. Soumis le 15 mars 2010 à 22:06 | Permalien

    Bonjour Charles,

    Effectivement, l’emailing va se professionnaliser en France est il en ai grand temps !

    J’émets cependant un doute sur ton pessimisme vis à vis des “petites structures qui se débrouillent elles même”.
    Je pense en effet qu’en faisant les choses bien, quelqu’un qui route lui même aura toute ces chances car il ne faut pas oublier que les ISP et FAI se font aussi une idée de la réputation d’un routeur au travers de ces clients.

    Router en interne peut donc être parfois un moyen d’éviter les dommages collatéraux provoqués par certains clients chez les routeurs !

    Bien à toi,
    Jérôme

  4. Soumis le 15 mars 2010 à 23:01 | Permalien

    Littlebuzz> Oui c’est tout le web qui se professionnalise, mais la particularité de l’emailing est l’importance des dégâts que cela peut occasionner s’il est mal fait.
    Ce qui est triste là dedans, c’est que les petites structures se verront obligées d’avoir un budget spécifique si elles veulent faire de l’emailing

    Jonathan> on manque toujours de bons, quel que soit le domaine 😉

    Jérôme> Le blacklisting des domaines est la première étape, suivra la nécessité de router depuis des IP chaudes. Cette paire de mesures, faciles à mettre en oeuvre pour les FAI et webmails, va leur permettre de finir le virage à 180° de la lutte contre le spam. S’ils entérinent cette règle qui leur permettrait de réduire très fortement les ressources nécessaires pour lutter contre le spam, ils condamneraient définitivement la possibilité de faire de l’emailing simplement pour bon nombre de petite structure. A ton avis, quel coté de la balance va l’emporter ? D’énormes économies de ressource (temps, argent, humains, bande passante, calcul processeur, électricité et impact écologique) ou la notion qu’Internet est libre et qu’on a le droit d’envoyer des emails… LOL

    Enfin pour éviter des dégats collatéraux chez un routeur, je pense qu’il suffit d’en prendre un sérieux (tu me comprends 😉 ) où y’a pas de clients moutons noirs.

  5. Soumis le 16 mars 2010 à 9:51 | Permalien

    Même si je suis assez d’accord et au risque de me faire passer pour un troll, ca me fait quand même marrer de lire un tel article provenant de quelqu’un qui utilise une marque blanche et qui ne met pas vraiment les mains dans le cambouis coté technique !
    Bref, un tout petit peu démago 😉

  6. Soumis le 16 mars 2010 à 10:36 | Permalien

    Que répondre à un pseudo-troll qui avance caché derrière une adresse jetable ? 🙂

    Je n’ai jamais caché la solution qui était derrière Snipemail, bien au contraire 🙂
    Ensuite, le blog existe séparément de la solution et les articles ne sont pas une réclame continuelle ou du nombrilisme sur une marque.
    Je ne suis pas technicien, je suis marketeur. Il suffit de me lire pour s’en convaincre. Cela ne m’empêche pas d’avoir une bonne vision de l’emailing et des problèmes techniques qui y sont liés.
    Cela ne m’empêche pas d’être capable de faire de la prospective, plutôt correcte pour l’instant.
    Enfin j’ai énormément de retour de prospects, clients, professionnels et même d’employés de la “concurrence” avec lesquels on échange à bâton rompu.

    Démago ? Si c’était démago tu ne pense pas que j’aurais une page tarifs et solution vachement plus aboutie ? LOL Le blog n’est pas une machine faite pour la signature de contrats !
    Un virage important est pris dans l’univers de l’emailing et cela va impacter les micro-emaileurs. Je les informe depuis bientôt 4 ans sur les problématiques qu’ils pourraient rencontrer donc non pas démago. Les grands comptes ne seront pas impactés car ils utilisent déjà des routeurs (attention à en prendre un bon pour éviter le problème du blacklisting des domaines) et sont déjà sur des IP chaudes.
    C’est démago que d’informer sur les prochaines menaces ou sur des pratiques dangereuses ? Cela correspond à un réel besoin, confirmé par chaque prospect que j’ai au téléphone ou par email.

  7. Soumis le 24 mars 2010 à 20:42 | Permalien

    Moi je trouve ça plutôt bien que les mauvais prestataires soit enfin bannie, car je n’utilise pas d’emailing mais en revanche les spam sont une vrais galère quand il s’agit de géré ces emails.

  8. Soumis le 25 mars 2010 à 15:21 | Permalien

    Je lis cet article avec un peu de retard (il n’y a pas que toi qui a des crash de données !!)

    Je suis assez d’accord avec toi Charles, et je partage malheureusement ton pessimisme quant à l’avenir des petites structures. Il va bientôt devenir difficile voire impossible de gérer de manière simple, autonome, et peu onéreuse son emailing. Sauf à passer par quelques rares micro-mailers qui bossent avec des routeurs pro (tiens tiens) ou à investir dans une personne / mini-équipe dédiée. Le jeu en vaut-il toujours la chandelle ?

    Beaucoup de PME vont se casser les dents, j’imagine. Le professionnalisme de cette activité va certes en bénéficier, mais dans la grande majorité des cas ce sera pour ceux qui ont un vrai budget à mettre dans l’email. Tant pis pour les autres.

    J’aimerais aussi réagir à la remarque dudit Troll. Non pas que tu aies besoin de quelqu’un pour te défendre Charles, mais je pense qu’il ne faut pas tout mélanger, et les sous-entendus sont souvent trompeurs.
    Deux choses me viennent à l’esprit en voyant cette critique :
    – s’appuyer sur un routeur professionnel pour mettre en place une offre emailing (qui n’existait pas forcément auparavant) ne me semble pas incompatible avec une certaine indépendance d’esprit, de ton, et de conseil. Qui a l’occasion d’avoir une conversation directe avec toi s’en rend compte assez rapidement.
    – ne pas être un pur technicien ne signifie pas que l’on ne comprend rien à la technique, ni que l’on ne soit capable d’en apprécier les subtilités. Je pense que pour être de bon conseil dans le monde de l’email marketing il est indispensable de connaître la technique – les techniques – et de bien maîtriser tout ce qui gravite autour. Après tout, on ne demande pas un programmeur web de concevoir lui-même le circuit intégré de son micro-processeur pour juger de son travail…

    Bien cordialement,
    Vincent

  9. Soumis le 3 mai 2010 à 18:08 | Permalien

    Tout cela me fait beaucoup penser à l’histoire du SEO : une course poursuite entre spammeurs et moteurs qui a eu pour conséquence de complexifier le métier. Toutes choses étant égales par ailleurs, il faut faire bien plus de quali aujourd’hui, pour espérer être visible dans les moteurs de recherche.

    @Franck : je fais partie justement des “prospects”, et franchement, j’ai déjà connu bcp plus démago comme démarche commerciale…

One Rétrolien

  1. Par Twitted by christophedavy le 9 novembre 2010 à 13:57

    […] This post was Twitted by christophedavy […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse email n'est jamais publiée ni partagée. Les champs requis sont marqués par *

*
*