Des nouvelles du front

Un mois et demi sans poster sur Snipemail, et vous trouvez cela long. Je sais, moi aussi. Pour écrire il faut du temps et de la disponibilité et les deux m’ont bien manqué ces derniers temps. Je profite d’une consultation téléphonique annulée pour ce post, c’est pour dire ! Alors qu’est ce qui va donc pas mon bon monsieur ? 🙂

Edit du 28/11 : Virement de l’Urssaf, OUF !

Un brusque afflux de travail

Depuis le début de septembre, je n’arrête pas. L’univers de l’emailing s’étant encore un peu plus durci, beaucoup de clients ont basculé en full service ce qui signifie que nous gérons et optimisons leurs comptes et leurs campagnes. Rien d’insurmontable normalement sauf quand tous basculent en même temps :-/ Donc pas mal de jour et nuits de travail pour réguler ce brusque afflux de travail et planification. Dans quelques mois, une fois tous les comptes optimisés et les plannings figés, cette partie ira mieux.

Des dossiers qui partent en vrille

Forcément quand on reprend des dossiers qu’on a pas monté soi-même, on reprend également les cadavres dans les placards. C’est souvent ce qui est douloureux pour le client quand je reprend un dossier, la mise à plat pas mal de problèmes qui n’avaient soit pas été traités, soit qui avaient été totalement ignorés ou traités par dessous la jambe. Ce qui revient en première place des trucs pas cool, c’est les problèmes de base de donnée qui contiennent tout et n’importe quoi. Il faut parfois beaucoup d’imagination pour comprendre comment certaines choses peuvent fonctionner. J’ai vu de ces trucs !

Donc quand on planifie une tache qui prend normalement 2 heures et qu’on se retrouve finalement à bosser beaucoup beaucoup plus de temps, forcément ça dérape question planning. Surtout quand d’autres clients poussent derrière pour qu’on s’occupe aussi de leurs newsletters ! On commence par travailler une heure de plus,  une fois que les enfants sont couchés. On rogne sur les temps libre, le sport, et au final, on finit par ne faire que travailler, tout le temps.

Le travail quand il y en a beaucoup, c’est dur mais on gère. Quand on est entrepreneur, on a l’habitude de ces gros coups de collier à donner de temps en temps. Par contre quand l’administration s’en mêle, c’est vachement moins cool. Un dossier perdu ou effacé, des documents pas rendu dans les temps, une taxation d’office délirante, et voila comment on se fait griller plusieurs journées à faire le yoyo entre l’Urssaf et les Impôts. Au final, après 4 jours de sitting,  on m’a affirmé que tout était bon, que les prélèvements seraient recalculés et que je ne serais donc pas prélevé des 17.900 euros mensuels annoncés.  Effectivement le jour dit, pas de prélèvement. Ouf ! 3 jours plus tard par contre… Donc re-yoyo et pertes de journées pour essayer de récupérer mon argent rapidement ce qui n’est pas une chose aisée, l’argent ne semble aller rapidement que dans l’autre sens 🙁 La seule chose de bien avec l’Urssaf, et l’administration en général, c’est qu’ils ferment à 4h30, de l’après midi, ce qui le laisse bien 12 heures de travail supplémentaire avant d’aller me coucher. Ben oui, faut bien rattraper la journée perdue à aller les voir.

Aux impôts, j’ai eu affaire à des gens compétents et compréhensibles. Oui quand on travaille seul, et qu’on travaille beaucoup, ils arrivent à intégrer qu’on puisse être débordé par la paperasse. Cela n’empêche pas tous les courriers qu’on reçoit automatiquement, mais au moins ils ne vous crachent pas dessus quand ils vous ont au téléphone.

A l’Urssaf par contre, je suis tombé sur de ces cas quand j’ai téléphoné ! Je ne veux pas mettre tous les gens dans le même panier car j’ai aussi eu des personnes bien compétentes et attentives, mais ils ont aussi des gros gros boulets dans le tas. J’ai eu droit à de ces réflexions ! Un petit florilège car je pense que c’est symptomatique de la manière dont les petits chefs d’entreprises sont considerés.

“Demandez à votre banquier une avance de trésorerie le temps qu’on vous rembourse, comptez environ 4 mois” Bah oui, et je vais payer un crédit pour financer mon Urssaf et mes fournisseurs.

“C’est pas un problème, on déduira les prochains prélèvements de ce que vous avez payé en trop” Cool pas d’Ursaff à payer pendant 3 ans avec un seul prélèvement mensuel. Faudrait pas que le suivant passe alors.

“C’est pas parce qu’une personne va travailler vite sur votre dossier que cela veut dire qu’il va avancer vite, il y a toute une chaine de travail à respecter et des hiérarchies à suivre” Quand j’ai demandé si  mon dossier pouvait être traité rapidement pour que je récupère ma trésorerie avant la fin du mois, afin de payer TVA et fournisseurs. Le sérieux impact de cette erreur sur la situation de mon entreprise n’a pas à rentrer en compte dans le niveau de célérité du traitement d’un dossier. Gloups ! 🙁

Des erreurs en découlent

J’essaie de le retranscrire sans trop de hargne mais ce problème m’a bien planté vu que tout le temps que j’ai passé en ville à traiter ce truc, j’ai du le rattraper la nuit. Ceci quand t’es déjà full charge, ben il en est ressorti des semaines (oui oui, 7 jours consécutifs) à moins de 15 heures de sommeil. Quand ces semaines se suivent et se ressemblent, je peux vous dire que j’ai pris 10 ans sur la gueule et quelques kilos.

Ce sont des choses qu’on déteste mais le manque de sommeil fait fatalement qu’on fait des erreurs. Pour un client, sensible qui plus est, j’ai totalement zappé de passer les templates de la charte graphique. Résultat j’ai sorti un gros BAT tout moche basé sur l’interface donnée en Word. La honte ! Y’a également 2 dossiers qui n’ont pas été autant finalisés que d’habitude et vous n’avez pas idée à quel point je n’aime pas cela.

Le service client, qui normalement est vraiment mon grand plus, était devenu si réduit que je ne le retrouvais qu’avec ceux qui peuvaient veiller la nuit sur Skype. Là on se pose et entre 2 et 3 heures du mat, on prend le temps de redonner quelques conseils.

Je ne parle même pas de la relance commerciale ou comptable, devenue inexistante.

Heureusement cela commence à se tasser, les choses rentrent dans l’ordre et je ne suis plus qu’à quelques jours d’avoir fini de gèrer la situation (sauf l’Urssaf). Bref à être d’attaque juste avant les campagnes de Noël :-/ Par contre je vous prévient déjà, début janvier, je DORS !

Articles proches :

3 Commentaires

  1. Soumis le 26 novembre 2009 à 1:36 | Permalien

    Salut Charlie

    rien de nouveau à l’ouest pas de changement

    En France l’entrepreunariat est un chemin de croix.pas étonnant que certains choisissent l’Europe ….
    Bon courage

    Michel

    ps suis dans les mêmes créneaux horaires que toi …

  2. Soumis le 26 novembre 2009 à 10:57 | Permalien

    Bon courage !
    Jérôme CLARYSSE

  3. Soumis le 27 novembre 2009 à 22:30 | Permalien

    Bnsoir,

    je laisse juste un petit mot pour vous souhaiter bon courage, je sais que ça met toujours du baume au coeur ce genre de petite attention microscopique.

Soumettre un commentaire

Votre adresse email n'est jamais publiée ni partagée. Les champs requis sont marqués par *

*
*