L’EMDAY 2014 est fini,un grand merci et rendez-vous pour l’EMDAY 2015

Un grand merci !

Un grand merci à vous tous d’être venus aussi nombreux à cet événement de l’année pour le milieu de l’emailing à savoir l’EMDAY 🙂

J’ai eu le grand plaisir d’animer le fil rouge cette année, malgré tout le stress que cela représente de passer derrière Jonathan et ses badsenders 😉
A regarder le livetweet et les #emday2014, vous avez aimé vous aussi. Certains tweets étaient bien balancés 🙂

J’adore ce rendez-vous et depuis le début où Régis de Clic et Site m’en à parlé, j’ai adhéré. Pourquoi ? Parce que c’est pas un salon, l’esprit est plus causerie autour d’un barbecue. Il n’y a pas une approche commerciale agressive de la part des gens présents. On est cool peinard a discuter de bonnes pratiques, et à essayer de faire avancer le biniou 🙂 La magie opère et on retrouve bien cette convivialité dans la soirée de clôture (et aussi dans la soirée de préouverture ne nous le cachons pas !) Cette année, le stade de la Meinau était un bel écrin pour notre événement. Peut être pas aussi fonctionnel qu’un endroit plus traditionnel, mais la magie à quand même opéré. Je le confesse, j’ai bougonné quand il fallait monter toutes les marche jusqu’aux loges pour avoir à boire et à manger, mais il faut avouer que la vue le faisait comme on dit 🙂 Les baby et les tirs au but collaient parfaitement à l’endroit et confirmaient l’impression “on se prend pas la tête” de la journée.

Les seuls petites ombres à mon sens ont été le problème technique pour gérer les diapos (mais bon, le clic clic clic clac l’a fait quand même et il restera dans l’histoire 😉 ), l’absence du tweetwall visible de tous car la salle était trop en longueur, et le point le plus gênant à mon sens, c’est que le stade c’est très grand, nous étions éparpillé un peu partout et donc questions échanges entre nous, c’était moins riche que l’année dernière. Pas de quoi en faire un drame, ce ne sont que des petites améliorations à apporter pour que l’EMDAY 2015 soit encore plus réussi, et la barre est très très haute ! 🙂

Je vous réitère mes remerciements d’avoir été présents et actifs, c’est pour vous et grâce à vous que l’EMDAY existe et qu’il est aussi cool 🙂

Compte-rendus

Les compte-rendus de l’évènement vont sans doute fleurir sur le web, je vous mettrais à jour la liste de ceux intéressants dont j’ai connaissance :
Badsender (Jonathan Loriaux)
Best of tweets (Myclientisrich)

Ma conclusion sur l’évènement

Il reste du chemin à faire, et il sera long 🙂 C’est incroyable selon moi que certains ne comprennent qu’aujourd’hui que seul l’opt-in est viable. Je le crie depuis 2006 – 8 ans quand même ! –

A force de tirer les prix vers le bas, un pan du secteur va mal. Quand seul le curseur du prix des offres est utilisé, les entreprises qui ont faim baissent baissent baissent. Quand t’as plus de marge et qu’en plus t’es payé à la saint glinglin, t’as pas le choix, tu ne peux faire que du volume avec une qualité pourrie sinon tu mets la clé sous la porte. C’est une fuite en avant qui a commencé il y a bien longtemps et cela ne peut se finir que dans un bain de sang. Les mentalités des uns et des autres doivent changer, mais surtout les clients finaux car c’est quand même eux qui sont à la base des facturations.Ce sont eux qui décident au final si l’action va reposer sur de la qualité ou de la quantité. Ils décident au final de la valeur de leur image.

Quand pour quelques centimes tu changes de prestataire alors que t’étais content de ce qu’il faisait, il y a un problème. Il faut bien se rendre compte que c’est le début d’une spirale descendante. Je comprend bien que cela fait partie du jeu mais à force de demander des prix toujours moins cher et d’exiger de descendre toujours plus bas, à un moment, on n’est plus en phase avec ce qui était demandé. Dans le brief, c’est plus une belle grande blonde à forte poitrine et quand tu regardes ce que tu as finalement – certes pour pas cher – ben t’es passé de Maryline à Roberto ! Y’a beau avoir la robe, les cheveux platine et le point de beauté, sous la carrosserie, c’est plus le même produit.

Il y a quand même des raisons de se réjouir. Certaines actions méritent notre bienveillance, histoire de leur laisser le temps de faire leurs preuves. Je pense tout particulièrement à l’APMEL. S’ils arrivent à tenir la barre de leurs bonnes résolutions et à bien faire en sorte que ceux qui s’engagent s’y conforment bien, nous aurions alors un début d’acquisition propre 🙂 Autant l’année dernière je n’y croyais pas trop avec leur V1, et c’était justifié quand on voit que 40 ou 60% des prétendants ne pouvaient pas justifier d’un opt-in sourcé. Autant là leurs critères sont bien plus hauts et plus restrictifs dans la V2. Après c’est au marché d’accepter de payer le juste prix pour ces prestations de plus haute qualité. Pour le CPA, je suis plus mitigé. Quand je vois le comportement de certains affiliés, on se rapproche plus du crevard, qui va truander sur les kits, les liens, les cibles. Si on veut que l’affiliation se porte mieux, il faut qu’elle se coupe de ces gens là et aujourd’hui peut elle se le permettre ? Il faudra bien pourtant et ce moment sera difficile. Une amputation est toujours mal vécue, même si elle te sauve de la gangrène. Nous sommes à un croisement important, nous verrons bien les directions qui seront prises par ces acteurs. Je leur souhaite force, courage et détermination, ils en auront besoin.

Articles proches :

2 Commentaires

  1. Soumis le 22 mai 2014 à 12:53 | Permalien

    Je suis entièrement d’accord avec ton ressenti et ton analyse.

    D’une part, des initiatives comme celle de l’APMEL vont effectivement dans le bon sens. Il faudra par contre mettre en place de véritables mesures coercitives plutôt que de simples rappels à l’ordre, blâmes ou exclusions.

    Concernant le CPA, on met les pieds dans un problème bien plus important que le non-respect de l’opt-in : l’argent est le nerf de la guerre ou plutôt du spam. Compte tenu des enjeux économiques, je ne pense pas que le CPA soit suffisamment armé afin d’y faire face. A noter qu’ils travaillent eux aussi sur une v2 de leur charte.

    Tout le monde sait très bien que l’opt-in n’est que très rarement respecté dans le milieu, que les bases sont shootées plusieurs fois afin d’atteindre les volumes promis au client et qu’au final, toutes les bases mêmes les plus respectueuses des droits de l’internaute, perdent inexorablement de la valeur.

    Mais j’ai bien peur qu’il faille attendre la mise en place d’une nouvelle législation encore plus stricte (transparence des échanges, traçabilité, droit à l’oubli) afin de réveiller cette profession et que la loi aura plus d’effet que les chartes ou les jolis discours sur le spam.

    Enfin, sans moyens financiers conséquents, les pouvoirs de la CNIL – qui est la seule autorité capable de faire du ménage parmi les bases mutualisées, routeurs, plateformes d’affiliations, petits acteurs du marketing – ne servent hélas pratiquement à rien.

  2. Soumis le 30 mai 2014 à 16:07 | Permalien

    Je viens de faire ma première demande à abuse@cpa-france.org. On va voir ce qui retombe …

Soumettre un commentaire

Votre adresse email n'est jamais publiée ni partagée. Les champs requis sont marqués par *

*
*