Rendez-Vous à l’#EMDAY2014 le 20 mai

Le 20 mai 2014 se tiendra la seconde édition de l’EMDAY à Strasbourg. La première session étant très intéressante, je ne doute pas que la seconde sera du même acabit, surtout que cette fois ci, nous faisons partie des partenaires. Pas de naissance prévue cette fois ci :-)
Vous trouverez toutes les infos sur le site officiel : EMDAY 2014

Bien entendu cela sera livetwitté, on vous tient au courant ;-)

Alerte Orange : Attention aux phishing

Mauvaise nouvelle pour les clients Orange, des données sensibles ont été dérobées pouvant permettre la mise en place de phishing réalistes. Même si les datas bancaires ou les mots de passe n’ont pas été touchés, avec des données personnelles, il est tout à fait possible de se faire phisher d’une manière très réaliste et alors là l’intégrité du compte peut être compromise.

Donc dorénavant si vous recevez un mail d’Orange, ne plus jamais cliquer dessus mais connectez vous directement sur le site client en passant par votre navigateur, plus jamais en cliquant dans le mail. Même pour les utilisateurs très avertis ! Avec des données personnelles sensibles un phishing peut ressemble à un vrai mail officiel s’il n’est pas codé avec les pieds ;-)
Donc soyez sur vos gardes !

L’article originel qui en parle se trouve ici.

Délivrabilité : Un manque à gagner de 1,7 Milliard en France ?

Je rebondis sur un article paru sur le JDN qui indiquerait qu’en France les problèmes de délivrabilité engendreraient un manque à gagner de 1,7 Milliard d’euros. C’est à mon sens aller peut-être un peu vite en besogne et c’est alarmiste pour faire vendre du papier :-) Quelques incohérences m’ont fait lever un sourcil et prendre le clavier.

15 à 20 % des mails inaboutis

Oui, Return Path indique depuis longtemps que presque 20% des mails émis n’arrivent pas à destination. Oui certains mails se perdent en route :-) Mais c’est parfois tout à fait normal, mauvaises adresses, serveurs en mode muet cad qui ne répondent pas quand il y a une erreur et donc le mail est considéré comme abouti ou MIA (missing in action) vu qu’on a plus de ses nouvelles, c’est selon les plates-formes. Et on ne parle pas des serveurs de relais qui ne font pas leur job correctement, des mails qui arrivent dans une queue et que celle-ci n’avance pas ou plante, etc. Bref il y a techniquement de nombreuses raisons qui font qu’un mail peut ne pas arriver à destination :-)

Mais attention, ce n’est pas parce qu’un mail est inabouti qu’il a été mis en spam !!! C’est un raccourci trop rapide à prendre :-) Un mail mis en spam est par définition un mail qui a abouti MAIS qui a été jugé comme spammy par un filtre ou une règle. Cela signifierait que 20% des mails arriveraient dans les filtres des spams, je ne peux y croire ;-)

Il faut savoir qu’en France nous avons une petite spécificité sur la réception des emails : Un mail abouti est OBLIGATOIREMENT délivré. C’est la loi en France. Impossible donc de procéder à des filtrages post réception comme le font certains webmails anglophones. Et si Orange vous filtre pré-réception, vous avez un retour par les bounces.

Il y a donc un amalgame qui est fait entre ces 20% de mails inaboutis et ce qu’on peut voir au niveau d’une plate-forme emailing d’un bon ESP français. Si un ESP français se retrouve avec 20% d’inaboutis, il faut se poser quelques questions sur sa réputation ou sur ses clients (leur hygiène de base et leur stratégie emailing) parce qu’il y a alors un vrai problème.

Et le manque à gagner dans tout cela ?

Oui si on tire une ligne partant des conjonctures précédentes, on peut se poser la question sur le manque à gagner. Mais là encore je doute des chiffres. Connaissez-vous un seul Ecommerce, ou site ou quoi que ce soit qui émette des emails de service ou transactionnels qui laisserait passer 20% de ses envois à la benne ? Et si on descend à 5% ? Moi aucun ! Et pas parce que je pense qu’ils soient particulièrement bons en emailing, mais simplement parce que si un client ne reçoit pas son mail de confirmation de commande, son mot de passe ou quoi que ce soit, il gueule et ça se sait ! Et il ne gueule pas seulement chez le commerçant, ce qui fatalement remonte à l’ESP, mais il gueule aussi chez son FAI et webmails. La discussion que nous avons eu à l’#EMDAY avec Alain Doustalet d’Orange le prouve, Les français gueulent dès qu’ils ne reçoivent pas leurs emails légitimes :-)

Les mails qui n’aboutissent pas ne sont pas des mails classés en spam, et dans la masse des emails, je pencherais sur le fait qu’une bonne partie de ceux qui n’aboutissent pas n’avaient pas à aboutir. Les mails propres et justifiés eux aboutissent au webmail ou FAI. Ensuite ils peuvent être classé, filtrés et traités, mais ils ont aboutis. Les 1,7 Milliard de manque à gagner dû “au classement en spam” me semblent gonflés.

C’est ici qu’on aborde la seconde partie du problème : Est-ce que parmi ces mails aboutis, il y en a qui sont classés en spam. Et la réponse est OUI ! Par contre à quel pourcentage, seuls les webmails et FAI pourraient répondre sérieusement. Et parmi ces mails aboutis, combien sont classés et filtrés parce que les émetteurs ne font aucun autre effort que d’appuyer sur le bouton d’envoi ? Beaucoup ! Je n’arrête pas de le rabâcher encore et toujours, il faut que les mails aient du contenu à valeur ajouté, non pas dans votre bouche, mais dans la bouche de vos destinataires ! My little Paris à t’elle 20% d’inaboutis ? J’en doute ! Pourquoi ? Parce qu’ils travaillent bien leurs bases, et qu’ils ont du contenu à valeur ajouté ce qui fait que cela génère du comportemental + fait ruer dans les brancards si la lettre est filtrée !

Y a t’il donc un intérêt à faire frémir les marketeurs en pleine période de Noël avec la peur de manquer 20% de leur CA potentiel ? Ben oui, si vous êtes un ESP et que vous faites de la com juste avant les budgets de janvier :-)

Et pour vous, qu’est-ce que cela change ?

Tout et Rien ! Tout si vous n’avez pas encore pris le virage de passer à des pratiques saines en Emailing. Là c’est sûr, tout droit c’est le mur, alors autant prendre le virage tout de suite ;-) Passer sur un BON ESP va vous affranchir d’un bon nombre d’écueils techniques mais ne vous évitera pas les barrières  d’hygiène de base et comportementales. Et j’insiste sur le fait qu’il faut prendre un BON ESP parce que sinon, vous allez partager la réputation avec ses autres clients, et s’ils prennent n’importe qui pour faire du volume et donc du chiffre… (je vous renvoie à mon explication sur l’agneau immaculé qui voulait faire de l’emailing dans une porcherie, c’est un classique)

Rien si vous faites déjà partie de ceux qui appliquent tout ce qu’on rabâche ici et sur les autres sources d’informations fiables sur l’emailing. Vous avez alors un BON ESP dont vous connaissez la stratégie et les clients, qui vous prend en main, peut vous conseiller au besoin, si vous pratiquez déjà une bonne stratégie emailing, avec une bonne hygiène de base, une segmentation intelligente, des envois raisonnés et surtout une recherche permanente de valeur ajoutée à envoyer à vos clients. Rappelez-vous de la règle du give give give ask, c’est ce que vous aimez qu’on pratique avec vous, appliquez le avec vos clients !

Si entre les deux, votre coeur balance, si vous ne savez pas vraiment de quel côté vous vous trouvez, alors vous êtes mal… Non j’plaisante ! Il faut juste tirer la situation au clair et analyser ce que vous faites et comment.

Retour tardif sur l’EMDAY2013

L’EMDay a été une formidable expérience. Professionnelle et humaine. Professionnelle parce que j’ai pu y rencontrer et revoir des personnes qui ont à coeur de faire de l’emailing de qualité et qui tirent le secteur vers le haut. Humaine parce que certains d’entre eux sont des personnes avec qui l’on passe vraiment du bon temps, qui savent rigoler, qui ont de l’esprit et de l’à propos, plein d’expériences à partager.

J’ai aimé les conférences qui n’étaient pas transformées en encarts publicitaires, comme c’est trop souvent le cas dans les autres manifestations.

Oui, une journée c’est court. Oui, une journée, cela ne permet pas d’aller en profondeur sur les thématiques abordées. mais il n’est pas possible pour un premier numéro de traiter tous les sujets avec exhaustivité. Surtout que malgré tout, tous n’ont pas le même niveau (technique, marketing, éthique (oui disons cela))

J’aurais adoré en savoir plus sur la délivrabilité chez Orange même si nous en avons déjà eu quelques bribes, avoir un intervenant de Signal spam ou autres outils de filtrage, bref en savoir toujours plus sur les rouages et les coulisses de cet univers passionnant qu’est l’emailing.

L’EMDay a aussi été une extraordinaire cure de jouvence pour Snipemail. Je ne vous cache pas que tenir un blog, depuis 2006, c’est parfois lourd à gérer. Ma position, souvent à passer des coups de gueule en plus, me laissait l’impression de parfois tourner en rond. De voir autant de personnes, que je ne connais parfois pas du tout, me dire “ah oui je vous lis”, “j’aime bien ce que vous faites”, et surtout des “heureusement que vous êtes là”, c’est revigorant !

Au tout début du projet, j’étais pressenti pour faire une présentation. Or avec l’accouchement prévu à peu près fin novembre, il m’était impossible d’assurer avec certitude ma présence et il aurait été impensable pour ma part que je pose un lapin à l’assistance. Nous avions alors convenu avec Régis que si j’arrivais à venir, je participerais au moins à une table ronde. Personnellement c’est dans la partie Fidélisation que je m’éclate le plus et où il y a pas mal de bons exemples sur lesquels les auditeurs auraient eu à réfléchir et s’inspirer. C’est pourtant à la table de l’acquisition que j’ai abouti, “pour y mettre un peu de piquant” et j’ai adoré :-) Merci Régis ;-)

C’est sur, l’année prochaine je remets ça, et peut être même plus ;-)

Une nouvelle petite Snipemaileuse

Décembre est déjà là, l’année est passée à toute vitesse :-) La semaine dernière j’étais à l’#EMDAY2013 et je vous en ferais un retour plus tard dans la semaine.
Je voulais juste faire un petit mot pour annoncer à tous ceux qui étaient au courant (et du coup aussi à tous les autres) que ma petite puce a bien attendu mon retour à Lorient pour naître. J’étais vraiment stressé d’être à Strasbourg 3 jours et heureusement tout s’est bien passé.

Il y a donc une nouvelle Snipemaileuse dans la famille, la première car j’avais déjà 3 petits Snipemaileurs. Et je peux déjà vous dire qu’elle l’ouvre comme son papa et qu’elle à de la voix. Ça promet ! ;-)

Email Appending : Mais pourquoi veulent-ils se faire filtrer ?

Normalement si vous êtes dans l’emailing et si vous lisez ce blog, c’est que votre objectif est que vos mails arrivent à destination et soient lu par vos destinataires. C’est l’attitude “normale”, enfin je crois. Pourtant, il existe une petite niche des emails pour lesquels l’objectif est de se faire prendre par les filtres anti-spams. Et contrairement à ce que vous pensez, non, ce ne sont pas les emails qui vont nous permettre de savoir comment passer ces fameux filtres. Là je parle de campagnes réelles, facturées au client. Alors voyez-vous quelles campagnes sont faites pour se faire filtrer ? Allez ! un peu d’imagination !

Et on reparle de l’Email Appending

J’ai déjà fait un article peu élogieux sur l’email appending et dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui les choses sont faites plus dans les règles, enfin en quelque sorte. Les emails refourgués sont bien propres (comprenez que c’est pas de l’aspiration) et les adresses sont livrées prêtes à l’emploi, une campagne d’optinisation ayant bien été faite. Vous avez sans doute déjà reçu ces mails tombés du ciel vous indiquant que vous êtes inscrit à un programme et que si vous le désirez vous pouvez vous en désinscrire. Là c’est légèrement différent vu que vous avez les infos du destinataire mais pas son email, et c’est pour avoir cet email et l’opt-in qui va avec que vous faites appel à l’email appending. Vous suivez toujours ?

Plus ils sont filtrés plus ils gagnent de l’argent

Normalement les clients payent pour un nombre de mails envoyés, qui arrivent à destination, qui sont ouverts, cliqués, j’en passe et des meilleurs. Dans ce type de prestation, dès qu’on a une dose de comportemental (ouverture, clic ou transformation) il faut que la campagne soit la plus propre possible pour que la délivrabilité suive et que la facturation fasse de même.

Là où on biaise le schmilblik, c’est quand on facture au client le non-comportemental c’est à dire les clients qui n’ont pas demandé à être désinscrits. C’est bon maintenant, vous voyez où je veux en venir ? ;-) Pas de demande de désinscription signifie que vous pouvez revendre l’email au client. Et plus les campagnes se font filtrer et moins vous avez de demandes de désinscription et donc plus vous facturez :-) Certains n’ont pas de pétrole mais ils ont des idées…

Alors oui il y a des agences qui font de l’email appending de qualité. Mais il y en a aussi qui, vu les merdes qu’elles envoient, cherchent visiblement à se faire filtrer.

Un bon article sur les filtres anti-spam

Il valait mieux qu’un simple tweet, alors je lui consacre une brève ;-)

Jonathan de Badsender nous a sorti une bonne comparaison entre les filtres anti-spam et les CV.
Allez lire l’article.

Yahoo aide les emaileurs pendant la phase de transition de ses comptes

L’email est un vieux média, tout comme Yahoo. Tellement vieux que certains de ses comptes ne sont plus utilisés pour diverses raisons (changement d’email, boite junk, décès de l’utilisateur, perte du mot clé et recréation d’une autre boîte, etc.) et donc il y a beaucoup d’adresses “mortes” que Yahoo aimerait remettre dans le circuit. Envie de changer votre cboone32@yahoo.com contre un joli cboone@yahoo.com ? Si l’adresse n’est plus utilisée vous pouvez demander à ce qu’elle vous soit réallouée, enfin vous pouviez pendant le début des vacances. Là où cela se corse, c’est que ces adresses inutilisées sont peut-être toujours dans des bases emailing et donc qu’elles sont susceptibles de recevoir des emails.

Qu’a fait Yahoo pour protéger ces adresses emails inutilisées ?

Une fois qu’une adresse a été identifiée comme inutilisée, Yahoo l’a automatiquement désinscrite de toutes les newsletters et publications reçues, pour peu que celles-ci utilisaient bien un lien unsubscribe dans le header. Au moins pour les newsletters classiques régulières, pas de problème…

Mais ce ne sont pas les newsletters qui sont des emails sensibles. Qu’en est-il des emails d’activation de compte, de confirmation de mot de passe ou de renvoi du mot de passe d’une application ? Ces mails là ne sont pas réguliers, sont des mails de service et donc envoyés sporadiquement en cas de besoin. Je peux très bien ne pas avoir eu d’envoi à faire pendant plusieurs années. La personne qui a repris le compte pourra t’elle ainsi avoir accès à ces anciennes infos sensibles ?

Comment faire le tri entre vos adresses emails yahoo valides et les réallouées ?

Le problème de sécurité qui se pose, c’est comment identifier parmi vos emails ceux qui sont toujours les utilisateurs que vous avez connus et qui sont les utilisateurs réalloués. Yahoo a donné une solution en la forme d’une ligne a ajouter au header :

Require-Recipient-Valid-Since: emailAddress; full timestamp with timezone

Avec par exemple si je suis inscrit à une service depuis le 12 mai 2005 à 7h05, nous aurons un header qui correspondra à

Require-Recipient-Valid-Since: cboone@yahoo.com; 12 May 2005 07:05 +01:00

Voila aussi simple que cela, mais comment Yahoo va t’il l’utiliser ?

Si l’email n’a pas été réallouée, Yahoo délivre le message normalement. Si l’adresse a été réallouée depuis la date inscrite dans le header, le message sera rejeté et vous aurez un bounce spécifique.

Dans tous les cas, c’est quelque chose qui doit être traité par votre plate-forme si vous envoyez des données sensibles (mots de passe, logins, info personnelles, etc.)

C’est donc un gros bordel qui découle de ces changements d’Id initiés par Yahoo mais il y a fort à croire que les autres grands FAI/Webmails feront de même un jour ou l’autre. Autant être prêt et avoir dans vos bases mail la date d’enregistrement d’une compte, pour justement pouvoir le mettre en automatique dans les headers.

EMDAY : Email Marketing Day à Strasbourg le 28 novembre

Save the date ! Le 28 novembre 2013, l’email marketing en France va bouger. Toute une journée dédiée uniquement à l’emailing ! C’est à Strasbourg que cela se passe, juste avant l’ouverture du marché de Noël histoire d’en profiter pour faire d’une pierre 2 coups pour ceux qui se déplacent.

Seront présent tous les habitués des réseaux sociaux (retrouvez-les ici ) donc l’occasion de nous voir enfin tous ensemble réunis au même endroit ;-) Pour une fois nous n’aurons pas à courir partout dans un salon qui parle plus généralement de marketing.

Le site EMDay contient toutes les informations utiles dont le programme et les inscriptions. Et je ne vous ai pas dit le meilleur, c’est gratuit !

Et moi dans tout cela ?

J’ai été contacté dès le tout début du projet et on m’a proposé d’être speaker malheureusement la date est un peu critique pour moi vu qu’elle correspond à la zone de naissance potentielle de mon 4ème enfant et de la première fille de la fratrie :-) Si elle arrive en avance et/ou que tout va bien pour la maman, je viendrais. Mais  impossible dans ces conditions de garantir une présentation surtout quand un évènement doit tourner autour de cela. Le fait que ce soit à l’autre bout de la France pour moi complique aussi un peu les choses (dur de faire un aller/retour sur la journée). Je ne saurais donc qu’au dernier moment comment se goupillera la chose pour moi. Si je suis là, j’imagine qu’il y aura toujours une petite place dans une table ronde et de toutes façon si y’a des tables et à boire dessus, je serais toujours là pour parler d’emailing, qu’il y aie un micro ou pas :-)

Ne tardez pas pour vous inscrire, le nombre de places assises est limité ;-)

Les NPAI hard saisonniers

Ah la joie des vacances, mois d’août ensoleillé, les doigts de pieds en éventail, un cocktail à la main… En vacances on oublie tout, c’est ce que dit la rengaine ;-)
Pourtant les vacances peuvent être un gros point noir dans votre délivrabilité et éroder votre base précocement.

C’est la crise ma pauvre dame

Oui, les entreprises ont besoin de trésorerie, même (ou surtout) les grosses et votre FAI n’échappe pas à la règle. Des vacances un peu trop longues, une facture pas réglée dans les temps et PAF ! c’est le coupe des services. Que vous ne puissiez pas surfer alors que vous êtes en vacances, on s’en fout vu que justement en vacances on est pas à la maison. Mais avec la connexion internet, y’a aussi l’email (quand vous utilisez celui du FAI) et là c’est déjà moins drôle. Lorsqu’ils suspendent leur service, France Télécom mettent que le numéro n’est pas attribué pour un mobile, et pour une adresse email, c’est un bounce en NPAI hard. AIE !!!

Voila comment se retrouver avec un faux NPAI hard qui va comme par magie être à nouveau valide dès que les vacanciers seront revenus et auront payé leur facture.

Implication d’un retour de NPAI HARD

Pour le marketeur, avoir une cible en hard, c’est perdre un contact vu que la plupart des plates formes “brulent” les emails qui remontent en NPAI hard. Il faut alors faire une action spécifique de déhardisation à la rentrée pour voir quelles adresses seront revenues à la normale (et là cette campagne elle casse du bois question réputation du sender !)
Et si à la rentrée la cible donne de ses nouvelles ou veut se réinscrire, c’est pas gagné pour autant.
Selon les plates formes, un email en hard qui conserve son historique ne peut pas se réinscrire vu que même si on le repasse en statut abonné, c’est le statut NPAI qui met la cible hors d’usage, et ce statut, seuls les propriétaires de la plate forme peuvent y toucher (ou alors c’est pas une plate forme sérieuse)

Pour la cible, cela peut être le début du cauchemars. Elle va se trouver désabonnée des ses newsletters mais aussi de tous les services qui communiquent par email. Allez faire réactiver un compte quand l’email de contact est considéré comme défectueux, c’est parfois un parcours du combattant.