J’ai trouvé des adresses emails pas cher !

Non ce n’est pas un rêve débridé de marketeur, mais je rebondis sur l’article de Rue89 qui claironne avoir acheté 20 millions d’emails français pour 15 euros. Suite à cet article j’ai eu au moins 3 prospects me demandant de router sur ce genre de fichier. Une pme qui voulait spammer vendre ses produits aux français, un ecommerçant et un particulier qui voulait se lancer dans les ebooks. Il est clair que n’importe quel lecteur de Snipemail (enfin j’espère ! confirmez le moi dans les commentaires) sait qu’il ne faut pas router ce genre de fichiers. Pour les nouveaux arrivants, voici une petite remise à niveau concernant ces super listes de la mort qui tue ;-)

Vieil email = email mort

Oui, un email, c’est comme le jambon, ça a une date de péremption. Trop vieux, il risque de n’être plus attribué et donc de revenir en NPAI hard. Ceci en soit n’est déjà pas génial question réputation auprès des FAI et webmails. Mais le risque est que ce vieil email soit recyclé en spamtrap. Et là on passe d’une situation pas géniale à franchement tragique. Si vous tapez du spamtrap, vous finirez à coup sur blacklisté et là plus aucun de vos mail ne passera. grillé l’IP et brulé le nom de domaine. On a rarement vu autant de dégât pour une mise initiale de 15 euros non ? ;-)

Le e-carpet bombing c’est dépassé

8 ans déjà que je sortais mon article sur le e-carpet bombing et force est de constater que rien n’a évolué pour certains :-(  Il y a toujours des Eric et Roger au poste, à envoyer leurs mails. Ce qui a changé par contre, c’est la lutte contre le spam. Aujourd’hui ces pratiques sont facilement identifiables par les FAI et webmails et ils vous filtrent d’autant plus facilement. e-carpet-bombing => blacklistage assuré

On met de côté le problème du blacklistage 30 secondes, je crois que le risque est compris maintenant.

Quel prix pour la part de voix où pourquoi je ne dois pas payer pour des bases cheap ?

Je sais que vous cherchez toujours à faire de bonnes affaires, ou c’est ce que vous pensez ;-)
Le problème des bases cheap sur CD ou à télécharger (et là je ne parle même pas des bases illégales du darknet) c’est que pour faire leur chiffre, ces sociétés vendent de nombreux exemplaires de ces listes et donc de nombreuses sociétés  vont les utiliser. Comme généralement les marketeurs utilisant ces bases envoient comme les autres, c’est à dire sans trop cibler parce que ça fait plus de potentiel au final – là encore fausse bonne idée – les cibles vont crouler sous les messages publicitaires non désirés. Suite à cette avalanche de mail, la part de voix de votre email est diluée, le temps de cerveau disponible de votre cible se réduit à peau de chagrin et en plus ladite cible n’est pas disposée à vous donner son argent. Voila ce qu’implique de router sur des bases en surpression marketing.

En d’autres termes et en moins classe, c’est de la merde, passez votre chemin !

Grève SNCF ou quand les API déraillent…

Je ne vous apprends rien, il est bien difficile de prendre un train depuis quelques jours. Le but du post n’est pas la critique du mouvement en soi mais tirer de l’expérience de ses conséquence en terme de communication. Comme de nombreux gros clients emailing, la SNCF utilise des campagnes automatiques pour relancer à J+X après un évènement. Certains remercient après un rendez-vous, un salon, un colloque, la SNCF fait une enquête de satisfaction quand on prend le train, où plutôt quand on aurait du prendre le train…

L’intérêt de la mise en place de messages automatiques

Le grand avantage de ces campagnes automatiques c’est qu’elles tournent toutes seules une fois mise en place. on peut donc faire d’autres actions qui nécessitent notre attention. En temps normal ce n’est pas un problème, il faut seulement ne pas les oublier.

Ces messages peuvent être très simple comme l’envoi d’un message identique pour tous, ou très complexe car croisant des données personnalisées de plusieurs sources. Souvent dans le cadre d’enquête de satisfaction la partie technique de gestion de l’enquête est externalisée. Là encore, en temps normal, cela ne pose pas de problème. Le problème, quand problème il y a et la grève de plusieurs jours de la SNCF EST un problème, il faut penser à débrancher certains de ces messages automatisés si l’on veut éviter de se prendre un mur.

La grève de la SNCF fait dérailler ses messages automatiques

Là où le bât blesse dans notre exemple, c’est que j’ai reçu un message me demandant de donner mon avis sur mon dernier voyage, entre Chartres et Lorient le 13/06. J’avais bien un voyage prévu ce jour mais il a été annulé vu que les trains ne circulaient pas ! Vu la galère que cela m’a généré autant pour le déplacement de substitution que pour le remboursement, il est clair que si je rempli le questionnaire, je ne vais pas aider à faire monter leur baromètre de satisfaction :-)

Prenez en de la graine ! Ajoutez dans votre todo list de communication de crise un point spécifique sur les scénarios automatiques actifs et vérifiez lesquels sont à temporairement désactiver !

sncf.jpg

L’EMDAY 2014 est fini,un grand merci et rendez-vous pour l’EMDAY 2015

Un grand merci !

Un grand merci à vous tous d’être venus aussi nombreux à cet événement de l’année pour le milieu de l’emailing à savoir l’EMDAY :-)

J’ai eu le grand plaisir d’animer le fil rouge cette année, malgré tout le stress que cela représente de passer derrière Jonathan et ses badsenders ;-)
A regarder le livetweet et les #emday2014, vous avez aimé vous aussi. Certains tweets étaient bien balancés :-)

J’adore ce rendez-vous et depuis le début où Régis de Clic et Site m’en à parlé, j’ai adhéré. Pourquoi ? Parce que c’est pas un salon, l’esprit est plus causerie autour d’un barbecue. Il n’y a pas une approche commerciale agressive de la part des gens présents. On est cool peinard a discuter de bonnes pratiques, et à essayer de faire avancer le biniou :-) La magie opère et on retrouve bien cette convivialité dans la soirée de clôture (et aussi dans la soirée de préouverture ne nous le cachons pas !) Cette année, le stade de la Meinau était un bel écrin pour notre événement. Peut être pas aussi fonctionnel qu’un endroit plus traditionnel, mais la magie à quand même opéré. Je le confesse, j’ai bougonné quand il fallait monter toutes les marche jusqu’aux loges pour avoir à boire et à manger, mais il faut avouer que la vue le faisait comme on dit :-) Les baby et les tirs au but collaient parfaitement à l’endroit et confirmaient l’impression « on se prend pas la tête » de la journée.

Les seuls petites ombres à mon sens ont été le problème technique pour gérer les diapos (mais bon, le clic clic clic clac l’a fait quand même et il restera dans l’histoire ;-) ), l’absence du tweetwall visible de tous car la salle était trop en longueur, et le point le plus gênant à mon sens, c’est que le stade c’est très grand, nous étions éparpillé un peu partout et donc questions échanges entre nous, c’était moins riche que l’année dernière. Pas de quoi en faire un drame, ce ne sont que des petites améliorations à apporter pour que l’EMDAY 2015 soit encore plus réussi, et la barre est très très haute ! :-)

Je vous réitère mes remerciements d’avoir été présents et actifs, c’est pour vous et grâce à vous que l’EMDAY existe et qu’il est aussi cool :-)

Compte-rendus

Les compte-rendus de l’évènement vont sans doute fleurir sur le web, je vous mettrais à jour la liste de ceux intéressants dont j’ai connaissance :
Badsender (Jonathan Loriaux)
Best of tweets (Myclientisrich)

Ma conclusion sur l’évènement

Il reste du chemin à faire, et il sera long :-) C’est incroyable selon moi que certains ne comprennent qu’aujourd’hui que seul l’opt-in est viable. Je le crie depuis 2006 – 8 ans quand même ! –

A force de tirer les prix vers le bas, un pan du secteur va mal. Quand seul le curseur du prix des offres est utilisé, les entreprises qui ont faim baissent baissent baissent. Quand t’as plus de marge et qu’en plus t’es payé à la saint glinglin, t’as pas le choix, tu ne peux faire que du volume avec une qualité pourrie sinon tu mets la clé sous la porte. C’est une fuite en avant qui a commencé il y a bien longtemps et cela ne peut se finir que dans un bain de sang. Les mentalités des uns et des autres doivent changer, mais surtout les clients finaux car c’est quand même eux qui sont à la base des facturations.Ce sont eux qui décident au final si l’action va reposer sur de la qualité ou de la quantité. Ils décident au final de la valeur de leur image.

Quand pour quelques centimes tu changes de prestataire alors que t’étais content de ce qu’il faisait, il y a un problème. Il faut bien se rendre compte que c’est le début d’une spirale descendante. Je comprend bien que cela fait partie du jeu mais à force de demander des prix toujours moins cher et d’exiger de descendre toujours plus bas, à un moment, on n’est plus en phase avec ce qui était demandé. Dans le brief, c’est plus une belle grande blonde à forte poitrine et quand tu regardes ce que tu as finalement – certes pour pas cher – ben t’es passé de Maryline à Roberto ! Y’a beau avoir la robe, les cheveux platine et le point de beauté, sous la carrosserie, c’est plus le même produit.

Il y a quand même des raisons de se réjouir. Certaines actions méritent notre bienveillance, histoire de leur laisser le temps de faire leurs preuves. Je pense tout particulièrement à l’APMEL. S’ils arrivent à tenir la barre de leurs bonnes résolutions et à bien faire en sorte que ceux qui s’engagent s’y conforment bien, nous aurions alors un début d’acquisition propre :-) Autant l’année dernière je n’y croyais pas trop avec leur V1, et c’était justifié quand on voit que 40 ou 60% des prétendants ne pouvaient pas justifier d’un opt-in sourcé. Autant là leurs critères sont bien plus hauts et plus restrictifs dans la V2. Après c’est au marché d’accepter de payer le juste prix pour ces prestations de plus haute qualité. Pour le CPA, je suis plus mitigé. Quand je vois le comportement de certains affiliés, on se rapproche plus du crevard, qui va truander sur les kits, les liens, les cibles. Si on veut que l’affiliation se porte mieux, il faut qu’elle se coupe de ces gens là et aujourd’hui peut elle se le permettre ? Il faudra bien pourtant et ce moment sera difficile. Une amputation est toujours mal vécue, même si elle te sauve de la gangrène. Nous sommes à un croisement important, nous verrons bien les directions qui seront prises par ces acteurs. Je leur souhaite force, courage et détermination, ils en auront besoin.

Quand Yahoo met un DMARC dans la face de ses utilisateurs

J’en parlais depuis quelques mois à mes clients et contacts de l’importance de personnaliser l’enveloppe et de l’importance de la prise en compte de DMARC (Domain-based Message Authentication, Reporting and Conformance).
Yahoo a bougé et vient de mettre un gros DMARC dans la face de ses utilisateurs qui envoient des mails en passant le paramètre de DMARC à p=reject. Du coup tous les mails signés d’une adresse Yahoo mais non issus des serveurs de Yahoo se voient rejetés. Cela signifie une énorme perte de délivrabilité pour ceux qui utilisaient les services d’ESP externes tout en signant quand même avec une adresse Yahoo.

C’est également un gros problème pour les listes de diffusion car la présence d’une signature Yahoo en sender fait capoter les envois. Il y a même un risque de boomerang car les mails peuvent bouncer à toute la liste qui rebounce et ainsi de suite.

Les premiers retours semblent satisfaire pleinement Yahoo vu que cela coupe court à toutes tentatives de spoofing d’emails utilisant leur nom de domaine. Ils n’auront plus qu’à vérifier ce qu’envoie en interne leurs serveurs et leur problème sera réglé. Par contre pour leurs utilisateurs, c’est une autre paire de manche :-) Changer son adresse d’expéditeur n’est as toujours aisé, surtout si elle est utilisée depuis longtemps. Impossible également de prévenir ses abonnés en envoyant un email depuis Yahoo si la base est vraiment très grosse. (quoi que Yahoo devrait peut être mettre en place qqch pour ces cas là)

Et l’avenir de DMARC ?

Dans l’avenir, je suis sur que le DMARC va se démocratiser. Même si au début beaucoup ne voyaient pas vraiment l’importance de mettre cela en place pour les petits domaines, il suffit d’être touché une seule fois par du spoofing d’email pour en comprendre immédiatement l’intérêt. C’est comme une ceinture de sécurité, c’est inutile tant que t’as pas d’accident. Mais le jour où t’en a un, t’es bien content de l’avoir ta ceinture !

Gmail utilise lui aussi le DMARC mais pour l’instant le paramétrage est sur p=none ce qui signifie qu’il n’y a pas encore de consigne spécifique de filtrage mais il y a fort à parier que le move de Yahoo leur donne des idées rapidement ! Et quand les mails signés Gmail ne pourront plus être envoyés en externe, le séisme sera bien plus grand. Préparez-vous, ça viendra assez vite :-)

Y’a pas que Gmail qui doit vous inquiéter. Si DMARC est appliqué chez les FAI, LA CA FERA MAL ! Imaginez tous les mails envoyés depuis les applications externes et pourtant signés avec des adresses de FAI. Brrr ! ça fait froid dans le dos :-)

Et que faire maintenant ?

  • Si vous utilisez un email en Yahoo, il faut changer l’adresse émettrice. Cela vaut aussi si vous utilisez une adresse d’un autre webmail ou FAI. Oui, il n’est pas impossible que les FAI aussi obligent un jour ou l’autre à passer par leurs serveurs exclusivement.
  • Utilisez l’email de votre nom de domaine, là au moins vous aurez la mains pour gérer tous les paramètres techniques et pourquoi pas aussi y ajouter un DMARC :-)
  • Utilisez un outil qui vous permet de configurer et personnaliser l’enveloppe complète de vos envois. Si vous pouvez signer avec votre nom de domaine mais qu’on ne vous demande aucune modification dans vos DNS, y’a un loup !

Edit : Quand je parlais d’un risque de propagation aux FAI, AOL vient d’appliquer le rejet DMARC à ses emails : L’article ici

    Les spamtraps n’aiment pas la musique ou comment peut-on envoyer sur des spamtraps même en étant propre

    Je vous partage ici un cas pratique d’il y a quelques semaines afin de vous sensibiliser à la manipulation des bases et ce que cela peut entraîner.

    Un mail urgent arrive en boîte et dans l’objet le mot spamtrap. Glups !
    Je lis le mail, un client a tapé massivement des spamtraps. Non, pas lui ! Ce n’est pas possible, il n’a pas pu céder au chant des sirènes, il était si propre…
    Alerte rouge ! tout le monde sur le pond et ceci n’est pas un exercice !
    Collecte des informations, que s’est il passé…
    Sur une journée, et sur une petite vingtaine de campagnes, ça a touché du spamtrap. En dur, en frontal, KABOOM !

    J’appelle le client, je lui demande ce qu’il a fait sur ses bases et ce qu’il a bien pu acheter comme merde pour que ça pète comme ça d’un coup !
    « Non je t’assure, on a rien acheté, et on a rien fait de spécial. »
    A moi, on ne me la fait pas. Je raccroche avec le marketing et j’appelle en direct le technicien qui gère les campagnes.
    Il n’est pas là, il reviendra la semaine prochaine… Il est parti pour 15 jours en vacances…

    Elle est là ma piste, le remplaçant aura fait du zèle ou pire, il aura cédé aux suppliques du marketing pour ajouter un nouveau fichier… Quand la situation est critique, on voit le mal partout.

    J’obtiens le numéro du remplaçant et là je vais enfin obtenir les explications attendues.
    Non non, il n’a pas importé de nouvelle bases. Il a supprimé par erreur un segment et les cibles qui vont avec. Comme il s’en est rendu compte immédiatement, il l’a tout de suite réimporté et il a pu envoyer ses campagnes.
    Le marketing me rappelle pour bien me confirmer que non ils n’ont pas acheté ou loué de bases, et la responsable me réitère le fait qu’il y a 8 ans ils ont déjà donné et que plonger les 2 pieds dans la M… elle ne veut vivre ça qu’une seule fois.

    Je commence à souffler, le problème, grave au demeurant, n’est pas dû à de mauvaises pratiques et donc mon client n’est pas passé du côté obscur de la force.

    Oui on peut taper du spamtrap même en étant propre

    C’est en faisant le coup de l’accordéon, mouvement bien connu de certains mauvais prestataires qui pour recycler des bases érodées suppriment et réimportent leurs bases pour en effacer l’historique et donc les désinscriptions. Parfois ils gardent le même nom, souvent ils changent simplement le nom du programme dans lequel vous vous êtes parait-il inscrit.

    Ici c’est aussi un air d’accordéon qui s’est joué car l’effacement des cibles par erreur et leur réintégration à aussi effacé le statut de désabonnement, mais aussi et surtout le statut NPAI. Or dans les bases historiques (je veux parler des bases assez vieilles que le client traine depuis des années) certaines adresses sont en NPAI hard depuis des lustres, mais sont quand même conservées en base plutôt que d’être supprimées périodiquement.
    « Non ne supprimez pas les NAI hard, gardez les dans l’outil pour archive » C’est aujourd’hui que je me rends compte à quel point ce conseil paie en fait :-)
    Ainsi une adresse en NPAI hard depuis longtemps qui est recyclée en spamtrap par un FAI ou webmail ne vous impactera pas vu que ces adresses sont déjà bloquées sur votre compte ! Par contre si vous changez d’outil ou supprimez vos cibles, ces adresses n’auront pas de statut NPAI, taperont les spamtraps recyclés et comme ceux ci ne renvoient pas de statut NPAI, vous continuerez à taper indéfiniment dessus sans le savoir !!!

    Donc en résumé :

    • On ne supprime jamais ses cibles, surtout si elles sont avec un statut liste rouge ou NPAI
    • Si on change d’outil, on importe également ses fichiers de NPAI afin de pouvoir les réimporter dans le nouvel outil en liste rouge (ou alors on demande à son prestataire qu’il vous les replace elles aussi avec leurs statut NPAI à l’import)
    • Même si on aime la musique, on ne joue pas d’accordéon avec ses bases ;-)
    • Si on fait une boulette on appelle le support et on demande à ce qu’ils restaurent les segments et cibles effacées. Cela nous aurait pris 5 minutes et évité des problèmes de délivrabilité pour le client.

    Rendez-Vous à l’#EMDAY2014 le 20 mai

    Le 20 mai 2014 se tiendra la seconde édition de l’EMDAY à Strasbourg. La première session étant très intéressante, je ne doute pas que la seconde sera du même acabit, surtout que cette fois ci, nous faisons partie des partenaires. Pas de naissance prévue cette fois ci :-)
    Vous trouverez toutes les infos sur le site officiel : EMDAY 2014

    Bien entendu cela sera livetwitté, on vous tient au courant ;-)

    Alerte Orange : Attention aux phishing

    Mauvaise nouvelle pour les clients Orange, des données sensibles ont été dérobées pouvant permettre la mise en place de phishing réalistes. Même si les datas bancaires ou les mots de passe n’ont pas été touchés, avec des données personnelles, il est tout à fait possible de se faire phisher d’une manière très réaliste et alors là l’intégrité du compte peut être compromise.

    Donc dorénavant si vous recevez un mail d’Orange, ne plus jamais cliquer dessus mais connectez vous directement sur le site client en passant par votre navigateur, plus jamais en cliquant dans le mail. Même pour les utilisateurs très avertis ! Avec des données personnelles sensibles un phishing peut ressemble à un vrai mail officiel s’il n’est pas codé avec les pieds ;-)
    Donc soyez sur vos gardes !

    L’article originel qui en parle se trouve ici.

    Délivrabilité : Un manque à gagner de 1,7 Milliard en France ?

    Je rebondis sur un article paru sur le JDN qui indiquerait qu’en France les problèmes de délivrabilité engendreraient un manque à gagner de 1,7 Milliard d’euros. C’est à mon sens aller peut-être un peu vite en besogne et c’est alarmiste pour faire vendre du papier :-) Quelques incohérences m’ont fait lever un sourcil et prendre le clavier.

    15 à 20 % des mails inaboutis

    Oui, Return Path indique depuis longtemps que presque 20% des mails émis n’arrivent pas à destination. Oui certains mails se perdent en route :-) Mais c’est parfois tout à fait normal, mauvaises adresses, serveurs en mode muet cad qui ne répondent pas quand il y a une erreur et donc le mail est considéré comme abouti ou MIA (missing in action) vu qu’on a plus de ses nouvelles, c’est selon les plates-formes. Et on ne parle pas des serveurs de relais qui ne font pas leur job correctement, des mails qui arrivent dans une queue et que celle-ci n’avance pas ou plante, etc. Bref il y a techniquement de nombreuses raisons qui font qu’un mail peut ne pas arriver à destination :-)

    Mais attention, ce n’est pas parce qu’un mail est inabouti qu’il a été mis en spam !!! C’est un raccourci trop rapide à prendre :-) Un mail mis en spam est par définition un mail qui a abouti MAIS qui a été jugé comme spammy par un filtre ou une règle. Cela signifierait que 20% des mails arriveraient dans les filtres des spams, je ne peux y croire ;-)

    Il faut savoir qu’en France nous avons une petite spécificité sur la réception des emails : Un mail abouti est OBLIGATOIREMENT délivré. C’est la loi en France. Impossible donc de procéder à des filtrages post réception comme le font certains webmails anglophones. Et si Orange vous filtre pré-réception, vous avez un retour par les bounces.

    Il y a donc un amalgame qui est fait entre ces 20% de mails inaboutis et ce qu’on peut voir au niveau d’une plate-forme emailing d’un bon ESP français. Si un ESP français se retrouve avec 20% d’inaboutis, il faut se poser quelques questions sur sa réputation ou sur ses clients (leur hygiène de base et leur stratégie emailing) parce qu’il y a alors un vrai problème.

    Et le manque à gagner dans tout cela ?

    Oui si on tire une ligne partant des conjonctures précédentes, on peut se poser la question sur le manque à gagner. Mais là encore je doute des chiffres. Connaissez-vous un seul Ecommerce, ou site ou quoi que ce soit qui émette des emails de service ou transactionnels qui laisserait passer 20% de ses envois à la benne ? Et si on descend à 5% ? Moi aucun ! Et pas parce que je pense qu’ils soient particulièrement bons en emailing, mais simplement parce que si un client ne reçoit pas son mail de confirmation de commande, son mot de passe ou quoi que ce soit, il gueule et ça se sait ! Et il ne gueule pas seulement chez le commerçant, ce qui fatalement remonte à l’ESP, mais il gueule aussi chez son FAI et webmails. La discussion que nous avons eu à l’#EMDAY avec Alain Doustalet d’Orange le prouve, Les français gueulent dès qu’ils ne reçoivent pas leurs emails légitimes :-)

    Les mails qui n’aboutissent pas ne sont pas des mails classés en spam, et dans la masse des emails, je pencherais sur le fait qu’une bonne partie de ceux qui n’aboutissent pas n’avaient pas à aboutir. Les mails propres et justifiés eux aboutissent au webmail ou FAI. Ensuite ils peuvent être classé, filtrés et traités, mais ils ont aboutis. Les 1,7 Milliard de manque à gagner dû « au classement en spam » me semblent gonflés.

    C’est ici qu’on aborde la seconde partie du problème : Est-ce que parmi ces mails aboutis, il y en a qui sont classés en spam. Et la réponse est OUI ! Par contre à quel pourcentage, seuls les webmails et FAI pourraient répondre sérieusement. Et parmi ces mails aboutis, combien sont classés et filtrés parce que les émetteurs ne font aucun autre effort que d’appuyer sur le bouton d’envoi ? Beaucoup ! Je n’arrête pas de le rabâcher encore et toujours, il faut que les mails aient du contenu à valeur ajouté, non pas dans votre bouche, mais dans la bouche de vos destinataires ! My little Paris à t’elle 20% d’inaboutis ? J’en doute ! Pourquoi ? Parce qu’ils travaillent bien leurs bases, et qu’ils ont du contenu à valeur ajouté ce qui fait que cela génère du comportemental + fait ruer dans les brancards si la lettre est filtrée !

    Y a t’il donc un intérêt à faire frémir les marketeurs en pleine période de Noël avec la peur de manquer 20% de leur CA potentiel ? Ben oui, si vous êtes un ESP et que vous faites de la com juste avant les budgets de janvier :-)

    Et pour vous, qu’est-ce que cela change ?

    Tout et Rien ! Tout si vous n’avez pas encore pris le virage de passer à des pratiques saines en Emailing. Là c’est sûr, tout droit c’est le mur, alors autant prendre le virage tout de suite ;-) Passer sur un BON ESP va vous affranchir d’un bon nombre d’écueils techniques mais ne vous évitera pas les barrières  d’hygiène de base et comportementales. Et j’insiste sur le fait qu’il faut prendre un BON ESP parce que sinon, vous allez partager la réputation avec ses autres clients, et s’ils prennent n’importe qui pour faire du volume et donc du chiffre… (je vous renvoie à mon explication sur l’agneau immaculé qui voulait faire de l’emailing dans une porcherie, c’est un classique)

    Rien si vous faites déjà partie de ceux qui appliquent tout ce qu’on rabâche ici et sur les autres sources d’informations fiables sur l’emailing. Vous avez alors un BON ESP dont vous connaissez la stratégie et les clients, qui vous prend en main, peut vous conseiller au besoin, si vous pratiquez déjà une bonne stratégie emailing, avec une bonne hygiène de base, une segmentation intelligente, des envois raisonnés et surtout une recherche permanente de valeur ajoutée à envoyer à vos clients. Rappelez-vous de la règle du give give give ask, c’est ce que vous aimez qu’on pratique avec vous, appliquez le avec vos clients !

    Si entre les deux, votre coeur balance, si vous ne savez pas vraiment de quel côté vous vous trouvez, alors vous êtes mal… Non j’plaisante ! Il faut juste tirer la situation au clair et analyser ce que vous faites et comment.

    Retour tardif sur l’EMDAY2013

    L’EMDay a été une formidable expérience. Professionnelle et humaine. Professionnelle parce que j’ai pu y rencontrer et revoir des personnes qui ont à coeur de faire de l’emailing de qualité et qui tirent le secteur vers le haut. Humaine parce que certains d’entre eux sont des personnes avec qui l’on passe vraiment du bon temps, qui savent rigoler, qui ont de l’esprit et de l’à propos, plein d’expériences à partager.

    J’ai aimé les conférences qui n’étaient pas transformées en encarts publicitaires, comme c’est trop souvent le cas dans les autres manifestations.

    Oui, une journée c’est court. Oui, une journée, cela ne permet pas d’aller en profondeur sur les thématiques abordées. mais il n’est pas possible pour un premier numéro de traiter tous les sujets avec exhaustivité. Surtout que malgré tout, tous n’ont pas le même niveau (technique, marketing, éthique (oui disons cela))

    J’aurais adoré en savoir plus sur la délivrabilité chez Orange même si nous en avons déjà eu quelques bribes, avoir un intervenant de Signal spam ou autres outils de filtrage, bref en savoir toujours plus sur les rouages et les coulisses de cet univers passionnant qu’est l’emailing.

    L’EMDay a aussi été une extraordinaire cure de jouvence pour Snipemail. Je ne vous cache pas que tenir un blog, depuis 2006, c’est parfois lourd à gérer. Ma position, souvent à passer des coups de gueule en plus, me laissait l’impression de parfois tourner en rond. De voir autant de personnes, que je ne connais parfois pas du tout, me dire « ah oui je vous lis », « j’aime bien ce que vous faites », et surtout des « heureusement que vous êtes là », c’est revigorant !

    Au tout début du projet, j’étais pressenti pour faire une présentation. Or avec l’accouchement prévu à peu près fin novembre, il m’était impossible d’assurer avec certitude ma présence et il aurait été impensable pour ma part que je pose un lapin à l’assistance. Nous avions alors convenu avec Régis que si j’arrivais à venir, je participerais au moins à une table ronde. Personnellement c’est dans la partie Fidélisation que je m’éclate le plus et où il y a pas mal de bons exemples sur lesquels les auditeurs auraient eu à réfléchir et s’inspirer. C’est pourtant à la table de l’acquisition que j’ai abouti, « pour y mettre un peu de piquant » et j’ai adoré :-) Merci Régis ;-)

    C’est sur, l’année prochaine je remets ça, et peut être même plus ;-)

    Une nouvelle petite Snipemaileuse

    Décembre est déjà là, l’année est passée à toute vitesse :-) La semaine dernière j’étais à l’#EMDAY2013 et je vous en ferais un retour plus tard dans la semaine.
    Je voulais juste faire un petit mot pour annoncer à tous ceux qui étaient au courant (et du coup aussi à tous les autres) que ma petite puce a bien attendu mon retour à Lorient pour naître. J’étais vraiment stressé d’être à Strasbourg 3 jours et heureusement tout s’est bien passé.

    Il y a donc une nouvelle Snipemaileuse dans la famille, la première car j’avais déjà 3 petits Snipemaileurs. Et je peux déjà vous dire qu’elle l’ouvre comme son papa et qu’elle à de la voix. Ça promet ! ;-)